La socialisation à la parentalité, comme les antibiotiques, c’est pas automatique

Récemment, j’ai donné une conférence sur la paternité, où j’ai mentionné que les pères en congé parental développaient des compétences parentales équivalentes à celles des mères (connaissance des rythmes de l’enfant, etc.). Une étudiante m’a alors fait la remarque que les femmes étaient quand même davantage préparées que les hommes à devenir mères par leur socialisation. Ce en quoi elle avait raison. Il est indéniable que les filles et les femmes sont davantage incitées à se projeter dans le fait d’avoir des enfants et dans les modalités concrètes de la parentalité, et ce à différentes étapes de leurs vies. Par exemple, les “jouets pour filles” s’inscrivent souvent dans l’univers domestique et la parentalité. Dans les familles nombreuses, les ainées sont plus souvent mises à contribution dans la vie domestique que leurs homologues masculins (Court et al., 2016). Plus largement, la plupart des femmes ont eu une ou des expériences avec les enfants avant de devenir mères, qu’il s’agisse de garde d’enfants de leur famille, de baby-sitting ou encore d’une activité professionnelle ou une formation impliquant de s’occuper d’enfant, ce qui est bien moins fréquent pour les hommes (Cartier et al., 2016). Les femmes sont également plus susceptibles d’être visées par les conseils et recommandations concernant la parentalité, et donc d’acquérir des connaissances et compétences parentales (Gojard, 2003).

Cependant, présenter les choses comme ça, ça me chiffonne. En effet, si on peut relever ces grandes tendances à l’échelle macro-sociale, parler de “la socialisation” (même en précisant “la socialisation primaire”, c’est-à-dire dans l’enfance, par opposition à des processus de socialisation qui surviennent plus tard), c’est finalement perpétuer une forme d’essentialisme à laquelle on essaie justement d’échapper en remplaçant l’idée de “nature” féminine ou masculine par une “socialisation” féminine ou masculine. Il me semble contre-productif pour la sociologie de toujours en rabattre à la socialisation (sexuée) primaire, comme si 1/ elle était monolithique et 2/ elle fonctionnait à chaque fois. Or, on a tout lieu de penser qu’il n’y a pas une socialisation sexuée primaire, mais une pluralité, en fonction de différents facteurs macro- et micro-sociaux (composition de la fratrie, rôles et positions sociales des parents, etc.) et des différents milieux dans lequel baigne l’enfant.

De nombreux travaux sur les individus en situation “d’inversion du genre” (c’est-à-dire des hommes dans des formations, des métiers ou des positions majoritairement féminines et réciproquement pour les femmes) ont mis en évidence que ces individus étaient susceptibles d’avoir été exposés à des influences contradictoires ou à contre-courant des normes dominantes, ce qui éclaire leur positionnement atypique. Par exemple, les footballeuses et boxeuses étudiées par Christine Mennesson ont souvent connu une socialisation sportive compétitive précoce, orchestrée par leurs pères ou plus rarement leurs frères. Cette socialisation sportive se double d’une socialisation au sein du groupe des pairs masculins, puisque ces sportives participaient aux jeux des garçons dans la cour de récréation. De même, les hommes étudiants dans des formations de sage-femme et d’assistant·e de service social étudiés par Alice Olivier présentaient tous une “disposition au caring“, c’est-à-dire une propension à faire attention aux autres et à les aider, souvent acquise au sein de la famille par la valorisation explicite de l’aide aux autres et le partage par leurs parents, par la fréquentation d’un·e membre de la famille proche exerçant dans les secteurs du soin et/ou du social ou encore par la pratique d’activités accordant une place centrale aux valeurs de partage et de collectif (comme le scoutisme). Au-delà de ces situations atypiques, aucune socialisation n’est un bloc parfaitement homogène où toutes les expériences et normes sont parfaitement congruentes, comme l’explore par exemple Bernard Lahire dans La culture des individus. De même, il n’y a pas un seul modèle de ce que doit être un “parfait petit garçon” ou une “parfaite petite fille”, en fonction de la période, du lieu, de l’appartenance sociale, etc. (voir par exemple l’article de Martine Court et Christine Mennesson sur “les vêtements des garçons“). Notamment, comme le rappelle Emmannuel Beaubatie, la masculinisation d’une femme peut être tolérée jusqu’à un certain point, tandis la féminisation d’un homme fait souvent l’objet d’une stigmatisation immédiate et violente.

De plus, la socialisation n’est pas un processus mécanique, sinon le monde se reproduirait à l’identique de génération en génération. Les enfants (et les adultes) n’incorporent pas mécaniquement les injonctions qui leur sont adressées. Comme le rappelle Devon Price (dont l’article a été traduit en français), un petit garçon qui montrera de l’intérêt pour des activités perçues comme “typiquement féminines” sera susceptible de subir des moqueries, voire des brimades. Moqueries qui seraient la marque d’un rappel à l’ordre du genre, certes, mais pas exactement la marque du succès d’une “socialisation masculine” toute puissante et uniforme.

Je serais donc prudente concernant l’argument que les mères seraient davantage socialisées à la parentalité que les pères. Il est indéniable qu’elles sont davantage incitées à se préoccuper des enfants et plus largement des soins et du bien-être autrui que ne le sont les hommes en tant que groupe. Néanmoins, ces savoirs ou connaissances préalables sont souvent décrits par les parents comme pesant finalement peu lors de l’arrivée du premier enfant : “quand c’est le sien, c’est différent”. Les compétences élémentaires (comme donner le bain ou le biberon) sont généralement apprises conjointement à la maternité. Ainsi, ce qui fait vraiment la différence dans la capacité des pères et des mères à s’occuper d’un nourrisson, c’est la familiarité : par le congé maternité, les femmes sont bien plus familières et à l’aise dans les tâches parentales et la connaissance des rythmes de l’enfant que ne le sont les hommes, écart qui tend à se creuser avec le temps (Fox, 2010). À ce titre, apprendre à pouponner apparaît en grande partie une socialisation secondaire, qui survient après la naissance et qui dont pourrait également être connue par les pères s’ils étaient dans une situation analogue à celle des mères pendant le congé maternité. Et à condition qu’ils le veulent bien. Car comme rappelé précédemment, le groupe des hommes ne forme pas un bloc uniforme et il y a fort à parier que s’il y a des pères qui sont désireux d’être davantage impliqués dans la vie de leurs enfants et ce dès la petite enfance (et qui y ont peut-être été préparés par leur socialisation primaire, ou au contraire qui ne veulent pas reproduire le modèle paternel dont ils ont hérités), il y en a aussi qui ne souhaitent pas apprendre à s’occuper de leurs bambins. Et ça ne risque pas de changer tant qu’ils auront la possibilité d’y échapper.

Pour approfondir la question de la socialisation à la parentalité : Les arrangements conjugaux autour des modes de garde : arbitrages sous contraintes et effets de socialisation

Comprendre le paradoxe du nouveau père : le congé maternité comme cause des inégalités parentales

parents-holding-baby-871294937167Xx4

Source

Les inégalités au sein des couples hétérosexuels avec enfant(s) concernant la répartition du travail parental sont bien connues. Il convient à présent d’en étudier les causes. Plusieurs éléments bien connus donnent des pistes pour expliquer l’origine de ces différences. Fondamentalement, tout un ensemble de mécanismes sociaux s’articulent pour assigner la charge des enfants aux mères. Ça commence dans l’enfance, avec une éducation différenciée en fonction du sexe de l’enfant, qui concourt à encourager le développement de qualités et de compétences « maternantes » chez les enfants assignées fille à la naissance : attention aux autres, calme, capacité à communiquer, attention portée aux émotions et sentiments… Plusieurs jouets marqués comme étant « pour les filles », comme les poupons notamment, confortent cette assignation. Ça continue à l’âge adulte, du fait de représentations culturelles qui associent intérêt pour les enfants et capacité à s’en occuper aux femmes, que ce soit dans les fictions où les femmes sont souvent représentées en relation avec leurs enfants (ou leur absence d’enfant), dans les stéréotypes culturels qui voudraient que les femmes aient une « horloge biologique » et un « instinct maternel », dans les rôles sociaux proposés aux femmes (mère au foyer), dans les anticipations des employeur.euses qui s’attendent à ce que les femmes mettent leurs carrières entre parenthèse lors de l’arrivée de leur premier enfant, dans les représentations des professionnel.les de l’enfance qui s’adressent en priorité aux mères, etc. Bref, les femmes sont un peu plus préparées à être mère que les hommes à être pères, par deux mécanismes :

  • L’éducation qu’on donne aux petites filles les dote de qualités et de compétences compatibles avec le rôle de pourvoyeur.euse de soins
  • Les femmes sont supposées être plus intéressées que les hommes par les enfants, si bien qu’elles sont plus susceptibles d’être familiarisées avec les enfants avant de devenir mères (que ce soit parce qu’elles ont été amenées à s’occuper d’enfants dans leur famille, dans leur emploi ou un petit boulot, mais aussi de recevoir des conseils en matière d’éducation ou de soins des enfants

Si vous voulez une analyse un peu plus systématique, je vous conseille de consulter ce rapport : Les arrangements conjugaux autour des modes de garde : arbitrages sous contraintes et effets de socialisation.

Mais ces socialisations différentes ne suffisent pas à elles seules à expliquer les inégalités entre pères et mères. En effet, les pères sont souvent amenés à revoir leurs projets d’implication dans le travail parental à la baisse après la naissance de l’enfant. Si l’activité professionnelle joue évidemment un rôle déterminant, elle ne suffit pas à elle seule à expliquer les différences entre pères et mères. Pour l’illustrer, je vous renvoie à l’article précédent où j’analyse les propos de Martin sur sa paternité. Il estime que lui et sa conjointe « tendent vers le 50/50 » concernant la prise en charge de leur fille depuis que Martine a repris le travail, pourtant il reconnait qu’il y a plusieurs tâches parentales qu’il ne sait pas faire ou qu’il préfère confier à d’autres femmes, contrairement à Martine. Or, Martin a aussi donné un élément d’explication sur lequel je n’ai pas encore rebondi : selon lui, le congé maternité « crée, favorise la relation, la fusion » entre la mère et l’enfant.

Je laisse volontiers à Martin la paternité de cette idée de « fusion » mère-enfant, parce que selon moi ce n’est pas vraiment ce qui est à l’œuvre, ou du moins pas seulement. Bien évidemment, s’occuper d’un enfant, cela ne nécessite pas seulement de l’aimer ou du moins d’avoir une relation positive avec lui. Ça demande aussi des compétences techniques concernant certains soins, comme le fait de donner le bain, préparer un biberon, changer une couche… Ces gestes peuvent sans doute être largement appris « sur le tas », mais comme à peu près n’importe quelle activité humaine, cela ne s’improvise pas pour autant. Autres connaissances très utiles pour s’occuper d’un enfant, ce sont des savoirs génériques sur les enfants, comme des astuces pour obtenir la coopération de l’enfant ou plus largement des méthodes pédagogiques ou des philosophies éducatives. Mais j’argumenterai que le type de connaissances le plus utile pour s’occuper d’un enfant, ce sont des savoirs temporels : savoir à quel moment un enfant peut/doit faire une chose (en fonction de son âge, de ses capacités propres, du jour, du moment de la journée, de l’état de santé ou de fatigue de l’enfant, etc.), s’adapter au tempo de l’enfant pour réaliser une activité et développer les compétences émotionnelles adéquates, etc.

Or, ces connaissances sont généralement acquises par les mères pendant le congé maternité, puisque pendant cette période, si elles ne les apprennent pas, elles ne seront pas en mesure de s’occuper de leur enfant. Or, les pères n’ont pas de période équivalente à celles des mères où ils seraient seuls responsables de l’enfant (donc en l’absence de leur conjointe, pendant une période de temps prolongée). Cette différence de connaissances et de compétences, qui sont largement apprises sur le tas et donc sont difficiles à transmettre ou à enseigner, conduisent à une polarisation croissante dans les compétences parentales des pères et des mères : à mesure que le congé maternité progresse, les mères deviennent de plus en plus aptes à identifier le besoin de l’enfant à un moment T et à savoir comment y répondre et de la manière la plus efficace. Elles développent également des capacités d’anticipation concernant le rythme de l’enfant et donc peuvent mieux s’organiser en parallèle de l’enfant. Plus la mère devient apte à s’occuper de l’enfant, moins le père l’est relativement parlant. Cette différence d’aptitudes peut amener les pères à se désengager des activités de soins de l’enfant ou bien à se positionner en « aidant » de la mère, c’est-à-dire qu’ils prennent en charge les activités parentales sous supervision de la mère, qui leur indique ce qu’il faut faire, comment il faut le faire ou quand il faut le faire.

Qu’est-ce qui me permet de m’exprimer en termes si généraux, en dehors de ma lecture de l’ouvrage de Bonnie Fox à qui le paragraphe précédent doit beaucoup ? C’est là où les pères en congé parental à plein temps que j’ai étudiés deviennent intéressants. En effet, ces pères (contrairement à la majorité des hommes) se sont trouvés dans une situation similaire à celles des mères en congé de maternité (avec un enfant légèrement plus âgé), puisqu’ils étaient généralement seuls avec leur enfant pendant les journées de semaine. Interrogés sur cette expérience, les hommes que j’ai rencontrés opposaient souvent le « début » du congé où ils étaient « débordés » et la suite, où ils avaient réussi à s’organiser. Or, ce qui avait changé, c’est qu’ils connaissaient mieux le rythme circadien (veille/sommeil) de leur enfant et plus largement qu’ils arrivaient mieux à identifier les moments où leur enfant était fatigué, avait envie de jouer, avait faim, etc. De même, certains pères expliquent avoir développés plusieurs compétences temporelles pendant cette période, comme le fait d’être « multi-tâches » ou avoir appris à organiser leurs journées.

Au regard de ces éléments, il me semble qu’il ne faut pas négliger l’importance des modalités des congés périnataux dans l’ampleur des inégalités hommes-femmes en matière de travail parental. Dire que les femmes ont un « instinct maternel » ou qu’il y a une « fusion » entre la mère et l’enfant, c’est nier le caractère acquis (et non inné) du parentage. La capacité à identifier les besoins d’un enfant au moment où il les exprime, anticiper ses futurs besoins et développer les stratégies ou réaliser les actions pour y répondre au mieux apparait dans mon enquête comme quelque chose qui s’apprend sur le tas, au contact de l’enfant, quand le parent est en situation d’être seul responsable de temps pendant une période de temps prolongée (plus d’une heure ou deux en tous cas). À ce titre, réformer les congés périnataux pour rendre obligatoire ou du moins facilement accessible (en termes d’acceptabilité sociale et en termes financiers) un congé de paternité/du second parent qui serait consécutif au congé de maternité et d’une durée équivalente à ce dernier apparait un moyen privilégié pour permettre une plus grande égalité dans la répartition du travail parental entre les conjoint.es dans les couples hétérosexuels.

Au sujet du congé maternité : Les vacances, de la dessinatrice Emma

Portrait de “nouveau père” : “tendre vers le 50-50” dans la répartition du travail parental

Résultat de recherche d'images pour "père"

Source

Précédemment : Le paradoxe du nouveau père

Comme beaucoup d’enquêté.es dans une enquête de sociologie, Martin* tient un discours assez ambivalent concernant sa paternité, entre sentiment d’implication et constat d’une moindre compétence par rapport à sa conjointe Martine*. Il est pour moi un exemple parfait du paradoxe du « nouveau père » et c’est pour ça que je vais vous faire son portrait.

Martin est le conjoint d’une amie d’amie, et il a accepté de répondre à mes questions sur son expérience de père. Au moment de l’entretien, il a une petite fille de six mois. Nous nous retrouvons pendant sa pause-déjeuner à proximité de son entreprise, où il exerce comme contrôleur de gestion. Dès le début de l’entretien, il m’explique qu’il s’est senti un peu exclu dans les premiers temps de la vie de sa fille, et ce d’autant que sa conjointe a pris un congé parental de deux mois après son congé de maternité :

Papa le plus présent possible, même si un petit peu largué, habiller un gamin au début c’était lunaire, je comprenais rien… Martine a quand même bien pris en main au début[, après la naissance]. C’était son affaire, c’était son truc. Alors que moi j’étais plus sur la logistique autour, avec le monde extérieur, il fallait créer la connexion entre les deux… et une connexion un peu chimique, un peu instinctive au début. J’ai trouvé que le congé mat’ inexorablement crée, favorise la relation, la fusion entre les deux. Et du coup moi je suis sur le truc extérieur et je rentre dans la danse je dirai à partir du 5ème mois, à partir du moment où elle commence à… Au début, on reste un peu autour, même si l’on essaie, on s’entraîne, « au moins une couche par jour », « au moins le biberon une fois par jour ».

Cependant, depuis que Martine a repris son travail de cadre commerciale, il estime qu’iels sont parvenu.es à une forme d’égalité :

Après par contre, dès qu[e Martine] recommence à bosser, là c’est fini ! « Alors toi le matin tu fais le biberon, moi »… On tend vraiment vers le fifty-fifty. […] Je suis en train de rattraper… Je pense que j’ai rattrapé.

Selon lui, cet équilibre est une norme culturelle, puisque les autres hommes de sa génération en couple avec des femmes ayant des emplois chronophages visent eux aussi à cet équilibre :

Concernant le rôle de père, j’ai remarqué que] tous les mecs, aujourd’hui dans la to do list, comment il faut être aujourd’hui tu vois… j’ai remarqué que tous mes potes parisiens, l’école, c’est « il faut être papa présent », assumer. C’est vraiment le nouveau set up.  […] Dans d’autres milieux, où les nanas travaillent un petit peu moins, forcément elle se récupère la gestion des marmots. Le père est un peu en retrait du coup.

Or, bien que selon lui, les rôles commencent à se rééquilibrer dans son couple, la répartition du travail parental reste inégalitaire, notamment parce que certaines tâches sont encore du ressort de Martine. Cette inégalité sous-jacente apparait dans le récit qu’il me fait d’un séjour au ski qu’il a fait peu de temps avant l’entretien, où il est parti quelques jours seul avec sa fille :

C’était un peu compliqué la semaine dernière, justement j’ai fait deux jours sans, juste avec [ma fille], sans Martine. Et là c’était difficile. Du coup, on s’est beaucoup amusé mais on n’a pas… Elle était moins réglée. Donc du coup, à la fin, ça c’est fini en crise, elle était épuisée… Elle n’avait pas envie de dormir, elle avait constamment envie… […] [Je suis parti deux jours dans ma ville natale pour faire du sport, avec ma fille.] L’idée de faire du sport, c’était de déposer ma fille chez une nounou, qui est une amie et finalement en fait [j’étais malade et] je l’ai gardée toute la matinée, c’était très bien, on a passé une super matinée. Après il y a eu tous les défis logistiques de la poussette et tout, je réalise qu’en fait j’avais jamais mis moi-même la petite dans la combi, c’était toujours Martine… Il y a pas mal de gestes, quand on sortait tous les deux, c’est Martine qui les fait en fait et du coup les gestes que j’ai découvert et les contraintes que j’ai découvert en étant tout seul, la combi, la poussette ça va je l’avais quand même fait deux trois fois, mais… Le sac à côté de la poussette ! Où il y a toutes les couches, la logistique, le truc… Ça, c’est Martine qui a beaucoup géré. Du coup j’étais un petit peu en mode « j’ai rien oublié, nickel » et on est parti […]. On arrive dans le train, tout va bien, la voisine de devant se plaint très très vite du bruit de la petite alors qu’elle n’en fait pas trop, je me suis baladé pendant 3h dans le train, dans le bar avec la petite, on a joué… Mais du coup effectivement, elle a pas dormi, c’était pas mal mais je l’avais dans les bras tout le temps, la changer, tout ça… C’était intéressant. Elle est tombée de fatigue dans le TER parce que je l’ai mis dans la poussette, on est arrivé à la maison, ma mère l’habille, j’avais un peu d’appui avec ma mère qui aime bien changer, habiller… Ouais, c’est une bonne expérience, le lendemain très bonne journée, on s’est baladé. Moi ça me va. Le biberon du matin, c’est ce qu’il y a de plus difficile, c’est moi qui le fait… Le soir, Martine nous a rejoints, on avait besoin d’un peu de renfort. C’est vrai qu’elle maîtrise bien… Quand il y a des trucs à trancher, Martine elle tranche. Là-dessus, je ne sais pas si c’est… Peut-être à tort ou à raison mais au moins elle tranche. Alors que moi je me suis posé pas mal de questions, du coup j’ai dû trancher… [Et dans ce cas-là,] la question qui vient à l’esprit c’est « est-ce que Martine aurait fait comme ça ? ». […] La référence numéro une [en matière de conseils] ça reste quand même ma femme.

Or, ce récit illustre le manque d’autonomie de Martin en tant que parent sur une période prolongée :  il ne sait pas quoi mettre dans le sac de lange, peine à identifier le rythme de veille/sommeil de sa fille et à trouver des techniques pour l’endormir, compte sur l’appui d’autres femmes (sa mère, une amie) par exemple pour changer les vêtements de sa fille et est soulagé que Martine arrive pour prendre le relais.

Faut-il en conclure que Martin n’est pas un père impliqué ? Je ne le crois pas. Martin est effectivement un père impliqué… Mais selon des modalités paternelles. Tout d’abord, il mesure son implication non par rapport aux compétences de sa conjointe mais par rapport à sa propre capacité à assurer les tâches les plus quotidiennes (changer une couche, donner un biberon). Ensuite, il a le sentiment d’être aussi impliqué que Martine parce qu’iels passent le même temps auprès de leur fille : deux heures tous les trois et une heure à deux chacun chaque jour de semaine. Or, les « découvertes » de Martin pendant le séjour au ski mettent en évidence que pendant les moments qu’iels passent tous les trois, il n’est pas en position de parent autonome mais en aidant de Martine, à qui il laisse une partie de la charge mentale liée à la vie quotidienne de leur fille. Enfin, son sentiment d’implication tient aussi au fait qu’il estime être plus attentif que Martine à certains aspects de l’éducation, sur le long terme :

[L’autorité,] c’est plus sur des trucs qui me semblent moi important, des trucs de moyen longue vue, plus que Martine, là je déconnerai pas. C’est con, mais sur des trucs… L’école, ce qui se passe à l’école, là-dessus je pense que Martine sera au taquet, mais ce qui m’intéresse plus que ce qui se passe à l’instant T, c’est ce qui se passe, les conséquences de ce qui se passe à l’instant T sur le moyen et long terme.

Ce discours le place dans une forme de complémentarité avec Martine : elle serait plus attentive au quotidien, lui serait plus attentif au long terme. Or, concernant un enfant de six mois, on peut supposer que le quotidien est un aspect plus chronophage de l’éducation que l’attention à la scolarité.

Mais pourquoi c’est si difficile d’atteindre une forme d’égalité dans la répartition du travail parental ? Éléments de réponse dans un prochain article.

*Croyez-le ou non mais les prénoms ont été changés.

La tentation de la fée du logis : une contrainte pour les mères en congé parental plus que pour les pères ?

Une chose qui m’a frappée en comparant les entretiens des pères et des mères en congé parental, c’est la différence dans l’appréhension du temps quotidien du parent en fonction de son sexe. Les pères en congé parental se décrivent comme bien occupés ; tandis que les mères en congé parental se décrivent comme débordées. On aurait pu s’attendre à ce que ce soit l’inverse : dans la mesure où les femmes sont généralement responsables de la conciliation travail-famille, elles auraient pu être davantage préparées à la gestion domestique du foyer dans le cadre de leur congé parental. De même, le congé parental aurait pu être enfin l’occasion pour elles de se détendre, dans la mesure où elles n’ont plus à faire une « double journée » de travail, dans leur activité professionnelle et à la maison. Or, c’est plutôt le phénomène inverse : certaines mères m’expliquent que parfois, elles n’ont pas le temps de se doucher ou même d’aller aux toilettes de la journée. Si les pères décrivent eux aussi l’enfant comme ayant un impact-temps considérable sur leurs journées, aucun n’a dû sacrifier son temps « physiologique » à l’enfant (en dehors du temps de sommeil, ce qui est évidemment aussi le cas des mères en congé parental).

Cette différence entre les pères et les mères est plus à chercher dans les représentations que dans l’occupation réelle du temps : les journées-typiques de chacun d’entre eux se ressemblent énormément. A la limite, les mères en congé sont un peu plus susceptibles de prendre en charge des tâches ménagères dans la journée quand l’enfant est réveillé ou le soir quand leur conjoint est rentré, tandis que les pères en congé les réalisent principalement pendant les siestes. Cependant, les mères déclarent beaucoup plus se « mettre la pression » pour réaliser les tâches ménagères ou mieux tenir la maison que quand elles travaillaient, ce qui est beaucoup moins le cas des pères.

Cette pression est décrite par les mères comme d’autant plus néfastes que pour certaines, elles ont le sentiment que ça les empêche de profiter de leurs enfants… Alors même que c’était le but du congé parental. La parfaite femme au foyer, un fantôme à exorciser ?

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search