La socialisation à la parentalité, comme les antibiotiques, c’est pas automatique

Récemment, j’ai donné une conférence sur la paternité, où j’ai mentionné que les pères en congé parental développaient des compétences parentales équivalentes à celles des mères (connaissance des rythmes de l’enfant, etc.). Une étudiante m’a alors fait la remarque que les femmes étaient quand même davantage préparées que les hommes à devenir mères par leur socialisation. Ce en quoi elle avait raison. Il est indéniable que les filles et les femmes sont davantage incitées à se projeter dans le fait d’avoir des enfants et dans les modalités concrètes de la parentalité, et ce à différentes étapes de leurs vies. Par exemple, les “jouets pour filles” s’inscrivent souvent dans l’univers domestique et la parentalité. Dans les familles nombreuses, les ainées sont plus souvent mises à contribution dans la vie domestique que leurs homologues masculins (Court et al., 2016). Plus largement, la plupart des femmes ont eu une ou des expériences avec les enfants avant de devenir mères, qu’il s’agisse de garde d’enfants de leur famille, de baby-sitting ou encore d’une activité professionnelle ou une formation impliquant de s’occuper d’enfant, ce qui est bien moins fréquent pour les hommes (Cartier et al., 2016). Les femmes sont également plus susceptibles d’être visées par les conseils et recommandations concernant la parentalité, et donc d’acquérir des connaissances et compétences parentales (Gojard, 2003).

Cependant, présenter les choses comme ça, ça me chiffonne. En effet, si on peut relever ces grandes tendances à l’échelle macro-sociale, parler de “la socialisation” (même en précisant “la socialisation primaire”, c’est-à-dire dans l’enfance, par opposition à des processus de socialisation qui surviennent plus tard), c’est finalement perpétuer une forme d’essentialisme à laquelle on essaie justement d’échapper en remplaçant l’idée de “nature” féminine ou masculine par une “socialisation” féminine ou masculine. Il me semble contre-productif pour la sociologie de toujours en rabattre à la socialisation (sexuée) primaire, comme si 1/ elle était monolithique et 2/ elle fonctionnait à chaque fois. Or, on a tout lieu de penser qu’il n’y a pas une socialisation sexuée primaire, mais une pluralité, en fonction de différents facteurs macro- et micro-sociaux (composition de la fratrie, rôles et positions sociales des parents, etc.) et des différents milieux dans lequel baigne l’enfant.

De nombreux travaux sur les individus en situation “d’inversion du genre” (c’est-à-dire des hommes dans des formations, des métiers ou des positions majoritairement féminines et réciproquement pour les femmes) ont mis en évidence que ces individus étaient susceptibles d’avoir été exposés à des influences contradictoires ou à contre-courant des normes dominantes, ce qui éclaire leur positionnement atypique. Par exemple, les footballeuses et boxeuses étudiées par Christine Mennesson ont souvent connu une socialisation sportive compétitive précoce, orchestrée par leurs pères ou plus rarement leurs frères. Cette socialisation sportive se double d’une socialisation au sein du groupe des pairs masculins, puisque ces sportives participaient aux jeux des garçons dans la cour de récréation. De même, les hommes étudiants dans des formations de sage-femme et d’assistant·e de service social étudiés par Alice Olivier présentaient tous une “disposition au caring“, c’est-à-dire une propension à faire attention aux autres et à les aider, souvent acquise au sein de la famille par la valorisation explicite de l’aide aux autres et le partage par leurs parents, par la fréquentation d’un·e membre de la famille proche exerçant dans les secteurs du soin et/ou du social ou encore par la pratique d’activités accordant une place centrale aux valeurs de partage et de collectif (comme le scoutisme). Au-delà de ces situations atypiques, aucune socialisation n’est un bloc parfaitement homogène où toutes les expériences et normes sont parfaitement congruentes, comme l’explore par exemple Bernard Lahire dans La culture des individus. De même, il n’y a pas un seul modèle de ce que doit être un “parfait petit garçon” ou une “parfaite petite fille”, en fonction de la période, du lieu, de l’appartenance sociale, etc. (voir par exemple l’article de Martine Court et Christine Mennesson sur “les vêtements des garçons“). Notamment, comme le rappelle Emmannuel Beaubatie, la masculinisation d’une femme peut être tolérée jusqu’à un certain point, tandis la féminisation d’un homme fait souvent l’objet d’une stigmatisation immédiate et violente.

De plus, la socialisation n’est pas un processus mécanique, sinon le monde se reproduirait à l’identique de génération en génération. Les enfants (et les adultes) n’incorporent pas mécaniquement les injonctions qui leur sont adressées. Comme le rappelle Devon Price (dont l’article a été traduit en français), un petit garçon qui montrera de l’intérêt pour des activités perçues comme “typiquement féminines” sera susceptible de subir des moqueries, voire des brimades. Moqueries qui seraient la marque d’un rappel à l’ordre du genre, certes, mais pas exactement la marque du succès d’une “socialisation masculine” toute puissante et uniforme.

Je serais donc prudente concernant l’argument que les mères seraient davantage socialisées à la parentalité que les pères. Il est indéniable qu’elles sont davantage incitées à se préoccuper des enfants et plus largement des soins et du bien-être autrui que ne le sont les hommes en tant que groupe. Néanmoins, ces savoirs ou connaissances préalables sont souvent décrits par les parents comme pesant finalement peu lors de l’arrivée du premier enfant : “quand c’est le sien, c’est différent”. Les compétences élémentaires (comme donner le bain ou le biberon) sont généralement apprises conjointement à la maternité. Ainsi, ce qui fait vraiment la différence dans la capacité des pères et des mères à s’occuper d’un nourrisson, c’est la familiarité : par le congé maternité, les femmes sont bien plus familières et à l’aise dans les tâches parentales et la connaissance des rythmes de l’enfant que ne le sont les hommes, écart qui tend à se creuser avec le temps (Fox, 2010). À ce titre, apprendre à pouponner apparaît en grande partie une socialisation secondaire, qui survient après la naissance et qui dont pourrait également être connue par les pères s’ils étaient dans une situation analogue à celle des mères pendant le congé maternité. Et à condition qu’ils le veulent bien. Car comme rappelé précédemment, le groupe des hommes ne forme pas un bloc uniforme et il y a fort à parier que s’il y a des pères qui sont désireux d’être davantage impliqués dans la vie de leurs enfants et ce dès la petite enfance (et qui y ont peut-être été préparés par leur socialisation primaire, ou au contraire qui ne veulent pas reproduire le modèle paternel dont ils ont hérités), il y en a aussi qui ne souhaitent pas apprendre à s’occuper de leurs bambins. Et ça ne risque pas de changer tant qu’ils auront la possibilité d’y échapper.

Pour approfondir la question de la socialisation à la parentalité : Les arrangements conjugaux autour des modes de garde : arbitrages sous contraintes et effets de socialisation

L’entretien à distance : une bibliographie

L’entretien par téléphone

Méthodologie de l’entretien par visioconférence

Sociologie de la paternité : bibliographie introductive

Bibliographie

Rédiger sa thèse (ou tout autre projet de longue haleine) – utiliser un organiseur dédié

Lorsque j’ai enfin pu me mettre à la rédaction de ma thèse (je veux dire, m’y mettre pour de bon, pas écrire des chapitres irrémédiablement rejetés par mes directeurices), j’ai été confrontée à un problème. J’avais déjà de multiples supports pour m’organiser et garder une trace de mes idées et de mes données (bullet journal, to do list, journal de recherche, etc.) mais ce qui concernait précisément l’avancée du manuscrit était noyé dans la masse des informations. J’avais besoin de retrouver très rapidement où j’en étais, pas seulement en termes de progression de l’écriture (avancée dans le plan), mais aussi de raccrocher le train des idées. C’est ce qui me prenait le plus de temps après une interruption, par exemple en reprenant la rédaction le lundi après la coupure du weekend : dans quoi étais-je plongée ? Qu’est-ce que j’essayais de démontrer avec ce que j’étais en train de rédiger ? Est-ce que ce paragraphe était terminé ou je voulais ajouter un autre élément ? Est-ce que j’ai déjà introduit cette interprétation ou est-ce que je pensais la mettre à un autre endroit ?

L’inconditionnelle des planners que je suis a rapidement trouvé la solution : un organiseur dédié. J’avais besoin de place pour noter non seulement ce que je voulais faire (relire un article, rédiger un encadré…), mais aussi les intuitions ou interprétations ou citations d’un-e autre auteurice que je voulais traiter ultérieurement. Et j’avais besoin d’un support qui me montre : tu en es là, il te reste ça à faire. J’ai utilisé un agenda qui avait ce format :

Double page d'un agenda perpétuel (pas de date notée) qui est divisé en deux parties : sur la page de gauche, les jours de la semaine sont déclinés dans 7 rectangles horizontaux et à droite la page est en petits carreaux

Il existe évidemment quantité de planners dans ce format et il est tout à fait possible de construire le sien sur un carnet vierge, l’important pour moi étant d’avoir à la fois une page dédiée à chaque jour de la semaine, afin de découper la rédaction en petites tâches qu’on peut accomplir jour après jour, et une page pour l’ensemble de la semaine. Je divisais la page de droite en deux horizontalement : sur la partie supérieure je notais les “grandes choses” que je devais faire (par exemple, écrire le chapitre X, lire les articles sur le thème Y ou lire le livre Z) et la partie inférieure était réservée aux idées, remarques, intuitions, courtes notes de lecture, recommandations, etc. Je me servais également des pages du début (un calendrier avec six mois sur deux pages) pour noter les plages de temps que je prenais pour chaque chapitre.

Cet outil m’a beaucoup aidé pour “raccrocher les wagons” de mes pensées d’un jour sur l’autre ou d’une semaine sur l’autre, et de garder une trace condensée et facilement accessible de ce dont j’avais besoin pour écrire, et j’espère qu’il aidera d’autres doctorant-es ou personnes qui se consacrent à un projet d’écriture.

Comprendre le paradoxe du nouveau père : le congé maternité comme cause des inégalités parentales

parents-holding-baby-871294937167Xx4

Source

Les inégalités au sein des couples hétérosexuels avec enfant(s) concernant la répartition du travail parental sont bien connues. Il convient à présent d’en étudier les causes. Plusieurs éléments bien connus donnent des pistes pour expliquer l’origine de ces différences. Fondamentalement, tout un ensemble de mécanismes sociaux s’articulent pour assigner la charge des enfants aux mères. Ça commence dans l’enfance, avec une éducation différenciée en fonction du sexe de l’enfant, qui concourt à encourager le développement de qualités et de compétences « maternantes » chez les enfants assignées fille à la naissance : attention aux autres, calme, capacité à communiquer, attention portée aux émotions et sentiments… Plusieurs jouets marqués comme étant « pour les filles », comme les poupons notamment, confortent cette assignation. Ça continue à l’âge adulte, du fait de représentations culturelles qui associent intérêt pour les enfants et capacité à s’en occuper aux femmes, que ce soit dans les fictions où les femmes sont souvent représentées en relation avec leurs enfants (ou leur absence d’enfant), dans les stéréotypes culturels qui voudraient que les femmes aient une « horloge biologique » et un « instinct maternel », dans les rôles sociaux proposés aux femmes (mère au foyer), dans les anticipations des employeur.euses qui s’attendent à ce que les femmes mettent leurs carrières entre parenthèse lors de l’arrivée de leur premier enfant, dans les représentations des professionnel.les de l’enfance qui s’adressent en priorité aux mères, etc. Bref, les femmes sont un peu plus préparées à être mère que les hommes à être pères, par deux mécanismes :

  • L’éducation qu’on donne aux petites filles les dote de qualités et de compétences compatibles avec le rôle de pourvoyeur.euse de soins
  • Les femmes sont supposées être plus intéressées que les hommes par les enfants, si bien qu’elles sont plus susceptibles d’être familiarisées avec les enfants avant de devenir mères (que ce soit parce qu’elles ont été amenées à s’occuper d’enfants dans leur famille, dans leur emploi ou un petit boulot, mais aussi de recevoir des conseils en matière d’éducation ou de soins des enfants

Si vous voulez une analyse un peu plus systématique, je vous conseille de consulter ce rapport : Les arrangements conjugaux autour des modes de garde : arbitrages sous contraintes et effets de socialisation.

Mais ces socialisations différentes ne suffisent pas à elles seules à expliquer les inégalités entre pères et mères. En effet, les pères sont souvent amenés à revoir leurs projets d’implication dans le travail parental à la baisse après la naissance de l’enfant. Si l’activité professionnelle joue évidemment un rôle déterminant, elle ne suffit pas à elle seule à expliquer les différences entre pères et mères. Pour l’illustrer, je vous renvoie à l’article précédent où j’analyse les propos de Martin sur sa paternité. Il estime que lui et sa conjointe « tendent vers le 50/50 » concernant la prise en charge de leur fille depuis que Martine a repris le travail, pourtant il reconnait qu’il y a plusieurs tâches parentales qu’il ne sait pas faire ou qu’il préfère confier à d’autres femmes, contrairement à Martine. Or, Martin a aussi donné un élément d’explication sur lequel je n’ai pas encore rebondi : selon lui, le congé maternité « crée, favorise la relation, la fusion » entre la mère et l’enfant.

Je laisse volontiers à Martin la paternité de cette idée de « fusion » mère-enfant, parce que selon moi ce n’est pas vraiment ce qui est à l’œuvre, ou du moins pas seulement. Bien évidemment, s’occuper d’un enfant, cela ne nécessite pas seulement de l’aimer ou du moins d’avoir une relation positive avec lui. Ça demande aussi des compétences techniques concernant certains soins, comme le fait de donner le bain, préparer un biberon, changer une couche… Ces gestes peuvent sans doute être largement appris « sur le tas », mais comme à peu près n’importe quelle activité humaine, cela ne s’improvise pas pour autant. Autres connaissances très utiles pour s’occuper d’un enfant, ce sont des savoirs génériques sur les enfants, comme des astuces pour obtenir la coopération de l’enfant ou plus largement des méthodes pédagogiques ou des philosophies éducatives. Mais j’argumenterai que le type de connaissances le plus utile pour s’occuper d’un enfant, ce sont des savoirs temporels : savoir à quel moment un enfant peut/doit faire une chose (en fonction de son âge, de ses capacités propres, du jour, du moment de la journée, de l’état de santé ou de fatigue de l’enfant, etc.), s’adapter au tempo de l’enfant pour réaliser une activité et développer les compétences émotionnelles adéquates, etc.

Or, ces connaissances sont généralement acquises par les mères pendant le congé maternité, puisque pendant cette période, si elles ne les apprennent pas, elles ne seront pas en mesure de s’occuper de leur enfant. Or, les pères n’ont pas de période équivalente à celles des mères où ils seraient seuls responsables de l’enfant (donc en l’absence de leur conjointe, pendant une période de temps prolongée). Cette différence de connaissances et de compétences, qui sont largement apprises sur le tas et donc sont difficiles à transmettre ou à enseigner, conduisent à une polarisation croissante dans les compétences parentales des pères et des mères : à mesure que le congé maternité progresse, les mères deviennent de plus en plus aptes à identifier le besoin de l’enfant à un moment T et à savoir comment y répondre et de la manière la plus efficace. Elles développent également des capacités d’anticipation concernant le rythme de l’enfant et donc peuvent mieux s’organiser en parallèle de l’enfant. Plus la mère devient apte à s’occuper de l’enfant, moins le père l’est relativement parlant. Cette différence d’aptitudes peut amener les pères à se désengager des activités de soins de l’enfant ou bien à se positionner en « aidant » de la mère, c’est-à-dire qu’ils prennent en charge les activités parentales sous supervision de la mère, qui leur indique ce qu’il faut faire, comment il faut le faire ou quand il faut le faire.

Qu’est-ce qui me permet de m’exprimer en termes si généraux, en dehors de ma lecture de l’ouvrage de Bonnie Fox à qui le paragraphe précédent doit beaucoup ? C’est là où les pères en congé parental à plein temps que j’ai étudiés deviennent intéressants. En effet, ces pères (contrairement à la majorité des hommes) se sont trouvés dans une situation similaire à celles des mères en congé de maternité (avec un enfant légèrement plus âgé), puisqu’ils étaient généralement seuls avec leur enfant pendant les journées de semaine. Interrogés sur cette expérience, les hommes que j’ai rencontrés opposaient souvent le « début » du congé où ils étaient « débordés » et la suite, où ils avaient réussi à s’organiser. Or, ce qui avait changé, c’est qu’ils connaissaient mieux le rythme circadien (veille/sommeil) de leur enfant et plus largement qu’ils arrivaient mieux à identifier les moments où leur enfant était fatigué, avait envie de jouer, avait faim, etc. De même, certains pères expliquent avoir développés plusieurs compétences temporelles pendant cette période, comme le fait d’être « multi-tâches » ou avoir appris à organiser leurs journées.

Au regard de ces éléments, il me semble qu’il ne faut pas négliger l’importance des modalités des congés périnataux dans l’ampleur des inégalités hommes-femmes en matière de travail parental. Dire que les femmes ont un « instinct maternel » ou qu’il y a une « fusion » entre la mère et l’enfant, c’est nier le caractère acquis (et non inné) du parentage. La capacité à identifier les besoins d’un enfant au moment où il les exprime, anticiper ses futurs besoins et développer les stratégies ou réaliser les actions pour y répondre au mieux apparait dans mon enquête comme quelque chose qui s’apprend sur le tas, au contact de l’enfant, quand le parent est en situation d’être seul responsable de temps pendant une période de temps prolongée (plus d’une heure ou deux en tous cas). À ce titre, réformer les congés périnataux pour rendre obligatoire ou du moins facilement accessible (en termes d’acceptabilité sociale et en termes financiers) un congé de paternité/du second parent qui serait consécutif au congé de maternité et d’une durée équivalente à ce dernier apparait un moyen privilégié pour permettre une plus grande égalité dans la répartition du travail parental entre les conjoint.es dans les couples hétérosexuels.

Au sujet du congé maternité : Les vacances, de la dessinatrice Emma

Portrait de “nouveau père” : “tendre vers le 50-50” dans la répartition du travail parental

Résultat de recherche d'images pour "père"

Source

Précédemment : Le paradoxe du nouveau père

Comme beaucoup d’enquêté.es dans une enquête de sociologie, Martin* tient un discours assez ambivalent concernant sa paternité, entre sentiment d’implication et constat d’une moindre compétence par rapport à sa conjointe Martine*. Il est pour moi un exemple parfait du paradoxe du « nouveau père » et c’est pour ça que je vais vous faire son portrait (avec des mots, hein, parce que je serais bien incapable de dessiner ne serait-ce qu’un carré, alors une personne…).

Martin est le conjoint d’une amie d’amie, et il a accepté de répondre à mes questions sur son expérience de père. Au moment de l’entretien, il a une petite fille de six mois. Nous nous retrouvons pendant sa pause-déjeuner à proximité de son entreprise, où il exerce comme contrôleur de gestion. Dès le début de l’entretien, il m’explique qu’il s’est senti un peu exclu dans les premiers temps de la vie de sa fille, et ce d’autant que sa conjointe a pris un congé parental de deux mois après son congé de maternité :

Papa le plus présent possible, même si un petit peu largué, habiller un gamin au début c’était lunaire, je comprenais rien… Martine a quand même bien pris en main au début[, après la naissance]. C’était son affaire, c’était son truc. Alors que moi j’étais plus sur la logistique autour, avec le monde extérieur, il fallait créer la connexion entre les deux… et une connexion un peu chimique, un peu instinctive au début. J’ai trouvé que le congé mat’ inexorablement crée, favorise la relation, la fusion entre les deux. Et du coup moi je suis sur le truc extérieur et je rentre dans la danse je dirai à partir du 5ème mois, à partir du moment où elle commence à… Au début, on reste un peu autour, même si l’on essaie, on s’entraîne, « au moins une couche par jour », « au moins le biberon une fois par jour ».

Cependant, depuis que Martine a repris son travail de cadre commerciale, il estime qu’iels sont parvenu.es à une forme d’égalité :

Après par contre, dès qu[e Martine] recommence à bosser, là c’est fini ! « Alors toi le matin tu fais le biberon, moi »… On tend vraiment vers le fifty-fifty. […] Je suis en train de rattraper… Je pense que j’ai rattrapé.

Selon lui, cet équilibre est une norme culturelle, puisque les autres hommes de sa génération en couple avec des femmes ayant des emplois chronophages visent eux aussi à cet équilibre :

Concernant le rôle de père, j’ai remarqué que] tous les mecs, aujourd’hui dans la to do list, comment il faut être aujourd’hui tu vois… j’ai remarqué que tous mes potes parisiens, l’école, c’est « il faut être papa présent », assumer. C’est vraiment le nouveau set up.  […] Dans d’autres milieux, où les nanas travaillent un petit peu moins, forcément elle se récupère la gestion des marmots. Le père est un peu en retrait du coup.

Or, bien que selon lui, les rôles commencent à se rééquilibrer dans son couple, la répartition du travail parental reste inégalitaire, notamment parce que certaines tâches sont encore du ressort de Martine. Cette inégalité sous-jacente apparait dans le récit qu’il me fait d’un séjour au ski qu’il a fait peu de temps avant l’entretien, où il est parti quelques jours seul avec sa fille :

C’était un peu compliqué la semaine dernière, justement j’ai fait deux jours sans, juste avec [ma fille], sans Martine. Et là c’était difficile. Du coup, on s’est beaucoup amusé mais on n’a pas… Elle était moins réglée. Donc du coup, à la fin, ça c’est fini en crise, elle était épuisée… Elle n’avait pas envie de dormir, elle avait constamment envie… […] [Je suis parti deux jours dans ma ville natale pour faire du sport, avec ma fille.] L’idée de faire du sport, c’était de déposer ma fille chez une nounou, qui est une amie et finalement en fait [j’étais malade et] je l’ai gardée toute la matinée, c’était très bien, on a passé une super matinée. Après il y a eu tous les défis logistiques de la poussette et tout, je réalise qu’en fait j’avais jamais mis moi-même la petite dans la combi, c’était toujours Martine… Il y a pas mal de gestes, quand on sortait tous les deux, c’est Martine qui les fait en fait et du coup les gestes que j’ai découvert et les contraintes que j’ai découvert en étant tout seul, la combi, la poussette ça va je l’avais quand même fait deux trois fois, mais… Le sac à côté de la poussette ! Où il y a toutes les couches, la logistique, le truc… Ça, c’est Martine qui a beaucoup géré. Du coup j’étais un petit peu en mode « j’ai rien oublié, nickel » et on est parti […]. On arrive dans le train, tout va bien, la voisine de devant se plaint très très vite du bruit de la petite alors qu’elle n’en fait pas trop, je me suis baladé pendant 3h dans le train, dans le bar avec la petite, on a joué… Mais du coup effectivement, elle a pas dormi, c’était pas mal mais je l’avais dans les bras tout le temps, la changer, tout ça… C’était intéressant. Elle est tombée de fatigue dans le TER parce que je l’ai mis dans la poussette, on est arrivé à la maison, ma mère l’habille, j’avais un peu d’appui avec ma mère qui aime bien changer, habiller… Ouais, c’est une bonne expérience, le lendemain très bonne journée, on s’est baladé. Moi ça me va. Le biberon du matin, c’est ce qu’il y a de plus difficile, c’est moi qui le fait… Le soir, Martine nous a rejoints, on avait besoin d’un peu de renfort. C’est vrai qu’elle maîtrise bien… Quand il y a des trucs à trancher, Martine elle tranche. Là-dessus, je ne sais pas si c’est… Peut-être à tort ou à raison mais au moins elle tranche. Alors que moi je me suis posé pas mal de questions, du coup j’ai dû trancher… [Et dans ce cas-là,] la question qui vient à l’esprit c’est « est-ce que Martine aurait fait comme ça ? ». […] La référence numéro une [en matière de conseils] ça reste quand même ma femme.

Or, ce récit illustre le manque d’autonomie de Martin en tant que parent sur une période prolongée :  il ne sait pas quoi mettre dans le sac de lange, peine à identifier le rythme de veille/sommeil de sa fille et à trouver des techniques pour l’endormir, compte sur l’appui d’autres femmes (sa mère, une amie) par exemple pour changer les vêtements de sa fille et est soulagé que Martine arrive pour prendre le relais.

Faut-il en conclure que Martin n’est pas un père impliqué ? Je ne le crois pas. Martin est effectivement un père impliqué… Mais selon des modalités paternelles. Tout d’abord, il mesure son implication non par rapport aux compétences de sa conjointe mais par rapport à sa propre capacité à assurer les tâches les plus quotidiennes (changer une couche, donner un biberon). Ensuite, il a le sentiment d’être aussi impliqué que Martine parce qu’iels passent le même temps auprès de leur fille : deux heures tous les trois et une heure à deux chacun chaque jour de semaine. Or, les « découvertes » de Martin pendant le séjour au ski mettent en évidence que pendant les moments qu’iels passent tous les trois, il n’est pas en position de parent autonome mais en aidant de Martine, à qui il laisse une partie de la charge mentale liée à la vie quotidienne de leur fille. Enfin, son sentiment d’implication tient aussi au fait qu’il estime être plus attentif que Martine à certains aspects de l’éducation, sur le long terme :

[L’autorité,] c’est plus sur des trucs qui me semblent moi important, des trucs de moyen longue vue, plus que Martine, là je déconnerai pas. C’est con, mais sur des trucs… L’école, ce qui se passe à l’école, là-dessus je pense que Martine sera au taquet, mais ce qui m’intéresse plus que ce qui se passe à l’instant T, c’est ce qui se passe, les conséquences de ce qui se passe à l’instant T sur le moyen et long terme.

Ce discours le place dans une forme de complémentarité avec Martine : elle serait plus attentive au quotidien, lui serait plus attentif au long terme. Or, concernant un enfant de six mois, on peut supposer que le quotidien est un aspect plus chronophage de l’éducation que l’attention à la scolarité.

Mais pourquoi c’est si difficile d’attendre une forme d’égalité dans la répartition du travail parental ? Éléments de réponse dans un prochain article.

*Croyez-le ou non mais les prénoms ont été changés.

Le paradoxe du nouveau père – l’écart entre les représentations et les pratiques

Précédemment : Les éternels “nouveaux pères”

Une manière simple d’expliquer le paradoxe entre le sentiment d’implication dans la paternité des hommes contemporains et la moindre part de tâches parentales qu’ils assument (pour le dire plus rapidement, le décalage entre les représentations et les pratiques) : dans le premier cas, on procède à une comparaison intra-sexe et dans le deuxième cas à une comparaison inter-sexe. Vous voilà bien avancé.

En fait, quand on parle de « nouveaux pères », on ne dit pas que les hommes sont impliqués dans l’absolu dans la paternité, il s’agit plutôt de dire qu’ils sont plus impliqués que les pères des générations précédentes. En effet, implicitement, selon une contre-image d’Epinal, les pères « de l’ancien temps » sont appréhendés comme distants, peu présents et peu intéressés par la vie quotidienne de leurs enfants… C’est-à-dire tout ce que les pères contemporains ne veulent pas être. Cette opposition intérieure se manifeste par exemple dans l’enquête de l’UNAF Être père aujourd’hui. Les hommes interrogés y étaient invités à dire s’ils élèvent leur(s) enfant(s) de la même manière que leur père était avec eux ou non : une grande majorité d’entre eux déclare élever ses enfants de manière plutôt différente (48%) ou totalement différente (38%). Lorsqu’ils détaillent en quoi consistent les différences, ils mettent largement en avant leur volonté d’être plus présents pour leurs enfants, et dans une moindre mesure d’être plus à l’écoute et plus proches de leur progéniture. Or, les répondants de l’enquête décrivent leurs pères comme peu ou pas impliqués, notamment en ce qui concerne les tâches quotidiennes (67%). C’est un peu moins le cas concernant l’éducation (46%) ou les loisirs (56%). À ce titre, le sentiment d’implication des « nouveaux pères » parait découler d’une comparaison intra-sexe : dans la mesure où les pères seraient pensés par défaut comme peu impliqués (d’où la dénonciation des « pères absents »), il suffirait d’en faire un peu plus que d’autres hommes (son propre père, des pères de l’entourage) pour se sentir « nouveau père ».

Or, lorsque des sociologues ou des féministes dénoncent le modèle du « nouveau père » comme un mythe, iels ne procèdent pas à une comparaison intra-sexe mais à une comparaison inter-sexe. En effet, quand on compare le volume ou la durée du travail parental des pères et des mères, on constate des écart importants et persistants entre les deux sexes. Le même procédé est à l’œuvre dans la perception des tâches ménagères, d’ailleurs, comme le rappelle par exemple Titou Lecoq.

Ensuite, l’appellation « nouveau père » permet de regrouper sous une même étiquette des situations très différentes. Si on en croit l’enquête Être père aujourd’hui et c’est ce que je trouve aussi dans les 80 entretiens que j’ai menés avec des pères, il y a un relatif consensus parmi les pères d’aujourd’hui pour dire qu’un bon père est « présent », un terme qui est souvent employé pour qualifier le « bon » père. Or, d’un homme à l’autre, en fonction du modèle paternel hérité, de ceux des pères proches de lui, du rapport de cet homme au travail rémunéré, etc., le contenu donné au terme « présent » varie grandement. Je pense par exemple à Denis*, un des hommes que j’ai rencontrés dans mon enquête. Il est visiblement gaga de son fils qui a un an et demi au moment de l’entretien, dont il me parle avec beaucoup de chaleur. Technicien informatique, il a des journées de travail étendues parce qu’il travaille loin de son domicile : il part de chez lui à sept heures et demi et rentre vers vingt heures. Il me dit d’ailleurs qu’il a pensé travailler en indépendant en partie pour passer plus de temps avec son enfant. Je lui demande « Tu regrettes de ne pas passer plus de temps avec ton fils ? », persuadée qu’il va me raconter quel déchirement cela représente pour lui de devoir consacrer autant de temps dans sa journée au travail. Pourtant, à ma grande surprise, il me répond :

Ça va, c’est correct ! Parce que le weekend, on se rattrape, et le soir, mine de rien, de 20 heures au coucher, je profite beaucoup de lui, donc j’ai pas trop le sentiment de ne pas le voir évoluer, de ne pas trop le voir grandir… Surtout que ma femme [qui est mère au foyer] des fois m’envoie des photos de lui dans la journée [rire]. Non, je n’ai pas le sentiment de ne pas avoir assez de temps avec lui.

Pour Denis, être suffisamment présent, c’est passer une heure avec son fils tous les soirs de semaine et le weekend avec lui. Au final, le contenu donné à l’expression « être présent » pouvait aller suivant les pères de « un déjeuner en tête-à-tête avec chaque enfant pour son anniversaire » (des pères de familles nombreuses qui se décrivent comme « plutôt traditionnels ») à « passer une heure en tête-à-tête avec mon enfant après la sortie de l’école ».

Enfin, cet écart entre représentations et pratiques de paternité s’explique peut-être tout simplement par le fait qu’on n’observe pas les mêmes critères dans les deux cas. Se sentir « impliqué » dans la paternité ne passe pas forcément par une implication dans les tâches quotidiennes de soins. Ce sentiment d’implication pourrait notamment prendre la forme d’une attention portée à l’éducation des enfants ou un souci de s’assurer du bon déroulement de leur scolarité. Or, ces « charges mentales » ne sont pas nécessairement des choses qui prennent du temps en tant que tel (et à plus forte raison quand les enfants sont encore en bas-âge), il s’agit plutôt d’une forme de vigilance et une capacité à intervenir au bon moment.

Au final, les différentes pistes d’explication que j’ai apportées pour élucider la différence entre les représentations et les pratiques en matière de paternité tient à un simple élément : quand on regarde les représentations on compare des pères, et quand on regarde les pratiques on compare des pères et des mères. Et pour illustrer cela, quoi de mieux qu’un cas pratique ? Vous pourrez trouver un portrait d’un « nouveau père » typique dans le prochain article.

Sur le même sujet : Pères encensés, mères épuisées

*Le prénom a bien sûr été changé.

Les éternels “nouveaux pères”

Apparemment, les nouveaux pères sont à la mode. Ou du moins, l’expression « nouveau père » revient à la mode, peut-être à la faveur d’une publication récente. À moins que la responsabilité ne tienne à des blogs (comme celui de Christian ou de Maxime Pearson et Samuel Tremblay) qui capitalisent sur cette appellation qui va fêter ses quarante ans. Michèle Ferrand date en effet l’apparition de l’expression « nouveau père » dans les médias dans les années 1980, au moment de la sortie du film Kramer contre Kramer et du feuilleton à succès Papa Poule. Le journaliste Thomas Messias la situe quant à lui dans les années 1970. Il s’agirait de désigner des pères qui seraient plus proches de leurs enfants (ou du moins qui exprimeraient davantage leur affection à leurs enfants, sur un mode plus tendre) et qui seraient plus impliqués dans les tâches parentales quotidiennes.

Or, reprendre à son compte cette expression de « nouveau père » pose deux types de difficultés : les premières liées au terme en tant que tel et les secondes liées à l’existence ou non des « nouveaux pères » en tant que catégorie sociale.

Désigner un phénomène comme étant « nouveau » et s’accrocher à cette définition, surtout quand on parle d’un phénomène social, présente le risque de dire de grosses bêtises. Comme le souligne Cyprien Avenel, les catégories désignées comme « nouvelles » ne sont souvent pas si neuves que ça. Tout d’abord, dans la mesure où « nouveau » est ici employé comme synonyme de « présent » (par opposition à « ancien »), c’est une catégorie vague où on range tout ce qui est contemporain (et donc ça ne nous apprend pas grand-chose). Ensuite, il implique de tracer une ligne entre les « anciens » pères (les « pater familias », qui seraient dans une position surplombante de chef de famille et incarnant l’autorité dans la famille) et les « nouveaux » à une date donnée, passant sous silence les mécanismes sociaux à l’origine des changements dans l’exercice du rôle de père (lesquels peuvent se produire à des périodes différentes ou s’inscrire dans le temps long). Enfin, il crée une dichotomie simpliste entre cet « avant » et ce « maintenant », en supposant une hétérogénéité forte entre ces deux modèles de paternité (hétérogénéité qui reste à prouver) et une homogénéité entre tous les pères contemporains (homogénéité également à prouver). Or, selon l’historienne Yvonne Knibiehler, « Il y a eu dans le passé des “nouveaux pères” à chaque tournant de la civilisation ». Sabine Melchior-Bonnet écrit par exemple que les pères de la Renaissance ont conscience d’être des « nouveaux pères » et valorisent un père de famille plus proche, plus sensible, moins despote envers les membres de sa famille, tout en exigeant respect et obéissance. Certains pères réclament ainsi le droit d’entourer les enfants d’une tendresse comparable à celle des mères. Bref, dire qu’un phénomène est « nouveau », ce n’est pas en dire grand-chose concernant ce dont on parle. La persistance de cette expression dans l’espace public témoignerait d’une difficulté à qualifier ce en quoi consistent les modèles de paternité contemporains.

Le deuxième type de griefs adressés à l’expression « nouveau père », portée par Michèle Ferrand et d’autres sociologues après elle et par des féministes, concerne la réalité du phénomène décrit. Un des poncifs de l’étude de la paternité en sociologie est de mettre en évidence l’écart entre les représentations et les pratiques. Autrement dit, les pères se sentent et se disent impliqués dans la paternité, mais quand on regarde la répartition des tâches parentales ou du temps parental entre les parents dans les couples hétérosexuels, force est de constater que la révolution n’a pas eu lieu. Anne-Marie Devreux commente : « comment font-ils pour s’impliquer davantage sans y passer plus de temps ? ». Entre 1985 et 2010, on constate une légère augmentation du temps parental pour les pères (qui est passé de 22 à 41 minutes en moyenne par jour), mais il reste très inférieur à celui des mères (qui est passé de 82 à 95 minutes sur cette période). De même, pour les parents de nourrissons, seuls 11% des pères déclarent qu’aucune des tâches liées au bébé n’est laissée exclusivement à la mère. Ce constat amène les sociologues à affirmer que les pères « choisissent » les territoires de la paternité qu’ils investissent : ils partagent avec la mère les tâches les plus gratifiantes comme celles liées au jeu ou à l’affection, mais sont beaucoup moins présents dans les tâches de soins (comme donner le bain ou celles liées à la santé). À ce titre, la catégorie « nouveau père » est parfois décriée comme désignant seulement une minorité d’hommes ou seulement une partie des pères (ceux appartenant aux classes moyennes et supérieures) : elle ne serait pas la révolution que l’on affirme.

Enfin, parler de « nouveaux pères » sous-entend que le rôle de père serait appréhendé principalement (par les hommes eux-mêmes et par autrui) par le biais de la relation père-enfant, sous l’angle affectif, plutôt que par d’autres facettes des responsabilités parentales (comme le rôle de pourvoyeur de revenus). Or, plutôt qu’un remplacement du rôle d’apporteur de ressources par celui de parent assurant les tâches quotidiennes et créant un lien avec son enfant ; les chercheurs et chercheuses observent plutôt une coexistence de ces deux responsabilités.

Alors, pourquoi le succès de l’expression « nouveau père » ? Ce sera l’objet d’un prochain article.

Pourquoi prendre un congé parental quand on est un homme

Prendre un congé parental à plein temps ne va pas de soi. Certes, les pères en couple hétérosexuel qui ont effectivement pris un congé parental mentionnent souvent des discussions avec leur conjointe pendant la grossesse sur les différents modes d’accueil de l’enfant. Pour ces couples, le congé parental du père semble envisagé comme une option du « répertoire » comme les autres. Certains pères se disent d’ailleurs surpris de l’étonnement que leur congé a suscité dans leur entourage. Cependant, quand on compare le discours des pères et des mères qui ont pris un congé sur leur décision, on remarque que les mères se justifient beaucoup moins à ce sujet. Interrogées à ce sujet, elles disent qu’elles en avaient envie et puis voilà. À l’inverse, les pères mentionnent fréquemment un faisceau de raisons qui les ont conduits à prendre ce congé.

Je ne dis pas que le congé est plus « réfléchi » quand il est pris par un père que par une mère, mais simplement que les pères interrogés en parlent plus longuement. Cela peut être lié aux rôles différents attribués aux pères et aux mères dans la parentalité. Pour une femme, passer du temps avec ses enfants est supposé être « naturel » pour une « bonne mère ». Les mères en congé parental disent d’ailleurs que leur décision de prendre le congé a suscité peu de réactions dans leur entourage. À l’inverse, il est probable que les pères en congé parental aient été amenés à expliquer maintes et maintes fois pourquoi ils ont pris un congé parental.

La raison la plus souvent mentionnée par les pères, c’est l’envie de passer plus de temps avec les enfants. Dans certains cas, ce sont des pères qui se présentent comme déjà très impliqués dans l’organisation de la vie quotidienne et dans celle de leurs enfants, et qui souhaitent l’être encore plus. D’autres pères expliquent qu’ils avaient l’impression d’être trop souvent « absents » de la vie de leurs enfants et qu’ils voulaient changer les choses. Si ce résultat peut sembler trivial (prendre un congé parental pour passer plus de temps avec ses enfants, quel scoop !), il ne l’est pas tant que ça : le congé parental est un dispositif qui en soi n’impose pas un usage particulier du temps. Il n’y a aucune obligation qui pèse sur un parent en congé parental de consacrer effectivement ses journées à s’occuper de ses enfants. De fait, quelques-uns des pères interrogés ne gardent pas leurs enfants en journée parce que ces derniers sont gardés en crèche. Ces hommes utilisent le temps du congé pour réaliser des projets (souvent professionnels). Cependant, ils expliquent souvent être plus présents dans la vie familiale depuis qu’ils ont pris un congé qu’avant. Il semble de facto difficile de justifier de prendre un congé parental pour faire autre chose que de s’occuper de ses enfants.

Ensuite, près de la moitié des pères mentionnent une forme de lassitude professionnelle, aiguë (burn out, conflits avec ses collègues ou ses supérieur.es) ou sourde (sentiment d’avoir fait le tour de son emploi précédent). Ce type d’argument, beaucoup plus fréquent chez les pères que chez les mères en congé, interroge : dans quelle mesure un père ne peut être autorisé ou se sentir autorisé à prendre un congé parental que si le travail se passe mal ? S’agit-il d’une stratégie pour rendre la prise du congé, compréhensible aux yeux d’autrui ? Dans quelle mesure le congé est un moyen de se replacer plus largement dans l’emploi ? Le congé parental et la paternité sont-ils des moyens de regagner de l’estime de soi en quittant un domaine où cette dernière est dégradée (le travail) pour en rejoindre un autre qui permettra de se valoriser (la parentalité) ?

Dernier élément saillant, le fait que la conjointe est présentée comme indisponible pour prendre un congé parental à ce moment-là. Qu’elle soit décrite comme indisponible de manière pérenne (elle gagne plus, elle adore son travail, elle n’a pas le tempérament pour rester à la maison avec les enfants… Ce sont des arguments qui sont généralement mentionnés par les pères que j’ai rencontrés) ou plus ponctuelle (au moment de la naissance, elle était malade ou elle venait de commencer un nouveau travail, ce qui l’empêchait de prendre un congé parental à ce moment-là). Interrogés à ce sujet, les pères ont presque toujours une réponse à fournir pour expliquer que leur conjointe n’ait pas pris de congé parental, alors que les mères en congé parental sont parfois désarçonnées par la question et d’une manière générale elles affirment que la question ne s’est pas posée pour leur conjoint.

Notons enfin l’importance d’avoir un « projet » (autre que s’occuper des enfants) pour les pères : presque tous les hommes qui ont pris un congé parental expliquent avoir voulu profiter du congé pour faire quelque chose, que ce soit construire une cabane dans le jardin ou opérer une reconversion professionnelle. À l’inverse, les mères déclarent le plus souvent avoir pris un congé « juste » pour s’occuper des enfants. Là encore, on peut l’expliquer de plusieurs manières : ces projets pourraient être une manière pour les hommes de se sentir autorisés à prendre un congé parental, alors que les mères n’auraient pas besoin de (se) justifier leur désir de passer plus de temps avec les enfants. Une des mères interrogées est d’ailleurs revenue sur cette question par mail en affirmant que « [des projets,] on en a plein » mais « [qu’]on est obligé d’y renoncer ». Il est possible aussi que les mères, qui ont été en congé maternité avant d’être en congé parental, aient eu davantage conscience que les hommes de leur temps disponible pendant le congé.

Qu’en conclure ? Tout d’abord, bien que les pères et les mères en congé parental mobilisent les mêmes types d’arguments pour justifier de leur prise d’un congé parental, l’ordre à laquelle iels les mobilisent diffère : les hommes mentionnent d’abord les arguments liés à leur travail, puis des arguments liés à la vie familiale, et inversement pour les mères. Ensuite, ces différences peuvent être le signe d’un investissement différent du congé en fonction du sexe, mais aussi d’un effet d’entretien. En effet, les personnes que j’ai rencontrées pourraient se justifier différemment en fonction de ce qui est jugé « normal » pour une femme ou pour un homme respectivement. Enfin, aussi pertinent que ce soit de regarder les raisons que les individus se donnent, cet article réduit la prise du congé parental à un choix individuel ou conjugal, alors que la prise de cette décision s’inscrit en réalité dans un contexte plus large : possibilités législatives et indemnisation, cultures professionnelles ou d’entreprise qui facilitent ou empêchent la possibilité de se projeter dans la prise d’un congé parental, sécurité de l’emploi ou précarité qui peuvent jouer un effet protecteur ou dissuasif, etc.

Qui sont les pères au foyer – quelques chiffres

Souvent, quand je suis interrogée par des journalistes (oui, parce que je fréquente suffisamment les journalistes pour faire des généralités), ielles me demandent « est-ce qu’il y a une augmentation des pères au foyer ? ». Répondre à cette question est moins simple qu’il n’y parait, puisqu’il faut préalablement répondre à quelques autres questions. Tout d’abord, qu’est-ce qu’on entend par père au foyer ? Un homme qui se définit comme père au foyer ? Un homme inactif professionnelle (donc ni chômeur, ni salarié, ni travailleur indépendant…) qui a des enfants ? Qui vit avec des enfants mineurs ? Ensuite, où et quand on se situe, une augmentation par rapport à quand, et sur quel espace (OCDE, Europe, France) ? Enfin, même en admettant qu’on ait fixé des critères cohérents pour mesurer le nombre de pères au foyer, est-ce que ces chiffres existent, est-ce que quelqu’un a collecté ces données ? Je ne peux donc pas dire combien il y a de pères au foyer en France aujourd’hui, ni si ce nombre est en augmentation, en diminution ou est stable sur les dix ou vingt dernières années. Mais il y a quand même deux éléments de réponse qui peuvent être avancés.

Le premier peut se trouver dans le recensement de l’INSEE (source). Depuis 2008, le questionnaire inclut une catégorie « homme ou femme au foyer » parmi les types d’activité (actif.ves ayant un emploi, chômeur.euses, retraité.es ou pré-retraité.es, etc.). On peut donc avoir une idée de la proportion d’hommes qui se déclarent « au foyer », mais (du moins à partir des données accessibles sur le site de l’INSEE) on ne peut pas savoir s’ils sont en couple, s’ils ont des enfants, s’ils vivent ou non avec ces derniers… Sans surprise, les hommes au foyer représentent une minorité des hommes de 15 à 65 ans. En 2008 en France (hors Mayotte), ils représentent 31 598 individus, soit un peu moins de 0,2% de l’échantillon total des hommes et 1,1% des hommes inactifs (c’est-à-dire qu’ils se déclarent étudiants, retraités, hommes au foyer ou « autres inactifs »). En 2016, 56 457 hommes cochent la case « hommes ou femmes au foyer », soit 0,22% des hommes et 0,57% des hommes inactifs.

Graphique illustrant le nombre d'hommes qui se définissent comme retraités, étudiants, autres inactifs

De ce point de vue, la proportion d’hommes qui se déclarent « homme au foyer » est stable entre 2008 et 2016, et elle est très minoritaire. Le nombre d’hommes qui se déclarent comme tel augmente régulièrement à mesure que l’âge du répondant augmente.

Graphique illustrant l'augmentation d'hommes qui se définissent comme homme au foyer avec l'âge

Cette catégorie n’est pas très populaire chez les femmes non plus : en 2016, 6% des femmes entre 15 et 65 ans se déclarent « femme au foyer ».

Autre porte d’entrée pour étudier les pères au foyer : les pères en congé parental. Certes, les pères en congé parental ne se définissent pas toujours comme pères au foyer, et tous les pères au foyer ne sont pas en congé parental (puisque l’appartenance à cette catégorie est limitée par les conditions d’accès au congé parental d’éducation ou aux allocations afférentes dites de compléments d’activité (rappel de ce qu’est le congé parental en France). Cependant, ils constituent un indicateur intéressant pour répondre à la question de l’évolution de la proportion de pères au foyer en France dans les trois dernières décennies. En 1992, lors de la première enquête statistique menée en France sur le congé parental d’éducation, plus de 98% des bénéficiaires étaient des femmes (source). En 2010, la proportion d’hommes bénéficiaires n’a guère évolué : 2% de l’ensemble des pères prennent un congé parental à temps plein suite à une naissance (source). Même constat en ce qui concerne les bénéficiaires des allocations de la caisse nationale d’allocations familiales qui est pensé pour être pris avec le congé parental : parmi les bénéficiaires de l’Allocation Parentale d’Education (APE), 2% sont des hommes en 2002 (source). A première vue, le nombre de pères au foyer semble légèrement augmenter avec le temps : les hommes représentent 3,5% des bénéficiaires du Complément de Libre Choix d’Activité (CLCA) en 2011 (source) et 6,2% de ceux de 2017 (source), mais dans les deux cas, les trois quarts d’entre eux sont en congé parental à temps partiel (et donc travaillent à temps partiel). En termes d’effectifs, en 2002 environ 10 000 pères sont bénéficiaires de l’allocation, contre 4 260 pères qui ont pris une allocation de complément d’activité à temps plein en 2017 (source). Notons que cette baisse du nombre d’hommes bénéficiaires en 2017 est liée à une baisse générale du nombre de parents qui prennent les compléments d’activité depuis 2006 (source).

Les chiffres dont nous disposons ne permettent donc pas d’évaluer la proportion de pères au foyer, et donc leur évolution dans le temps. Ceux qui sont accessibles sont imparfaits, puisqu’ils concernent soit des hommes dont on ne sait pas s’ils sont pères et dont l’auto-définition comme « homme au foyer » semble principalement une manière pour des hommes de plus de 55 ans d’éviter de se définir comme « autre inactif » ; soit des pères bénéficiaires d’allocations dont le recours pour l’ensemble des parents est sensible aux conditions d’accès à ces allocations.

Pour aller plus loin, sur la catégorie “père au foyer”