Portrait de “nouveau père” : “tendre vers le 50-50” dans la répartition du travail parental

Résultat de recherche d'images pour "père"

Source

Précédemment : Le paradoxe du nouveau père

Comme beaucoup d’enquêté.es dans une enquête de sociologie, Martin* tient un discours assez ambivalent concernant sa paternité, entre sentiment d’implication et constat d’une moindre compétence par rapport à sa conjointe Martine*. Il est pour moi un exemple parfait du paradoxe du « nouveau père » et c’est pour ça que je vais vous faire son portrait.

Martin est le conjoint d’une amie d’amie, et il a accepté de répondre à mes questions sur son expérience de père. Au moment de l’entretien, il a une petite fille de six mois. Nous nous retrouvons pendant sa pause-déjeuner à proximité de son entreprise, où il exerce comme contrôleur de gestion. Dès le début de l’entretien, il m’explique qu’il s’est senti un peu exclu dans les premiers temps de la vie de sa fille, et ce d’autant que sa conjointe a pris un congé parental de deux mois après son congé de maternité :

Papa le plus présent possible, même si un petit peu largué, habiller un gamin au début c’était lunaire, je comprenais rien… Martine a quand même bien pris en main au début[, après la naissance]. C’était son affaire, c’était son truc. Alors que moi j’étais plus sur la logistique autour, avec le monde extérieur, il fallait créer la connexion entre les deux… et une connexion un peu chimique, un peu instinctive au début. J’ai trouvé que le congé mat’ inexorablement crée, favorise la relation, la fusion entre les deux. Et du coup moi je suis sur le truc extérieur et je rentre dans la danse je dirai à partir du 5ème mois, à partir du moment où elle commence à… Au début, on reste un peu autour, même si l’on essaie, on s’entraîne, « au moins une couche par jour », « au moins le biberon une fois par jour ».

Cependant, depuis que Martine a repris son travail de cadre commerciale, il estime qu’iels sont parvenu.es à une forme d’égalité :

Après par contre, dès qu[e Martine] recommence à bosser, là c’est fini ! « Alors toi le matin tu fais le biberon, moi »… On tend vraiment vers le fifty-fifty. […] Je suis en train de rattraper… Je pense que j’ai rattrapé.

Selon lui, cet équilibre est une norme culturelle, puisque les autres hommes de sa génération en couple avec des femmes ayant des emplois chronophages visent eux aussi à cet équilibre :

Concernant le rôle de père, j’ai remarqué que] tous les mecs, aujourd’hui dans la to do list, comment il faut être aujourd’hui tu vois… j’ai remarqué que tous mes potes parisiens, l’école, c’est « il faut être papa présent », assumer. C’est vraiment le nouveau set up.  […] Dans d’autres milieux, où les nanas travaillent un petit peu moins, forcément elle se récupère la gestion des marmots. Le père est un peu en retrait du coup.

Or, bien que selon lui, les rôles commencent à se rééquilibrer dans son couple, la répartition du travail parental reste inégalitaire, notamment parce que certaines tâches sont encore du ressort de Martine. Cette inégalité sous-jacente apparait dans le récit qu’il me fait d’un séjour au ski qu’il a fait peu de temps avant l’entretien, où il est parti quelques jours seul avec sa fille :

C’était un peu compliqué la semaine dernière, justement j’ai fait deux jours sans, juste avec [ma fille], sans Martine. Et là c’était difficile. Du coup, on s’est beaucoup amusé mais on n’a pas… Elle était moins réglée. Donc du coup, à la fin, ça c’est fini en crise, elle était épuisée… Elle n’avait pas envie de dormir, elle avait constamment envie… […] [Je suis parti deux jours dans ma ville natale pour faire du sport, avec ma fille.] L’idée de faire du sport, c’était de déposer ma fille chez une nounou, qui est une amie et finalement en fait [j’étais malade et] je l’ai gardée toute la matinée, c’était très bien, on a passé une super matinée. Après il y a eu tous les défis logistiques de la poussette et tout, je réalise qu’en fait j’avais jamais mis moi-même la petite dans la combi, c’était toujours Martine… Il y a pas mal de gestes, quand on sortait tous les deux, c’est Martine qui les fait en fait et du coup les gestes que j’ai découvert et les contraintes que j’ai découvert en étant tout seul, la combi, la poussette ça va je l’avais quand même fait deux trois fois, mais… Le sac à côté de la poussette ! Où il y a toutes les couches, la logistique, le truc… Ça, c’est Martine qui a beaucoup géré. Du coup j’étais un petit peu en mode « j’ai rien oublié, nickel » et on est parti […]. On arrive dans le train, tout va bien, la voisine de devant se plaint très très vite du bruit de la petite alors qu’elle n’en fait pas trop, je me suis baladé pendant 3h dans le train, dans le bar avec la petite, on a joué… Mais du coup effectivement, elle a pas dormi, c’était pas mal mais je l’avais dans les bras tout le temps, la changer, tout ça… C’était intéressant. Elle est tombée de fatigue dans le TER parce que je l’ai mis dans la poussette, on est arrivé à la maison, ma mère l’habille, j’avais un peu d’appui avec ma mère qui aime bien changer, habiller… Ouais, c’est une bonne expérience, le lendemain très bonne journée, on s’est baladé. Moi ça me va. Le biberon du matin, c’est ce qu’il y a de plus difficile, c’est moi qui le fait… Le soir, Martine nous a rejoints, on avait besoin d’un peu de renfort. C’est vrai qu’elle maîtrise bien… Quand il y a des trucs à trancher, Martine elle tranche. Là-dessus, je ne sais pas si c’est… Peut-être à tort ou à raison mais au moins elle tranche. Alors que moi je me suis posé pas mal de questions, du coup j’ai dû trancher… [Et dans ce cas-là,] la question qui vient à l’esprit c’est « est-ce que Martine aurait fait comme ça ? ». […] La référence numéro une [en matière de conseils] ça reste quand même ma femme.

Or, ce récit illustre le manque d’autonomie de Martin en tant que parent sur une période prolongée :  il ne sait pas quoi mettre dans le sac de lange, peine à identifier le rythme de veille/sommeil de sa fille et à trouver des techniques pour l’endormir, compte sur l’appui d’autres femmes (sa mère, une amie) par exemple pour changer les vêtements de sa fille et est soulagé que Martine arrive pour prendre le relais.

Faut-il en conclure que Martin n’est pas un père impliqué ? Je ne le crois pas. Martin est effectivement un père impliqué… Mais selon des modalités paternelles. Tout d’abord, il mesure son implication non par rapport aux compétences de sa conjointe mais par rapport à sa propre capacité à assurer les tâches les plus quotidiennes (changer une couche, donner un biberon). Ensuite, il a le sentiment d’être aussi impliqué que Martine parce qu’iels passent le même temps auprès de leur fille : deux heures tous les trois et une heure à deux chacun chaque jour de semaine. Or, les « découvertes » de Martin pendant le séjour au ski mettent en évidence que pendant les moments qu’iels passent tous les trois, il n’est pas en position de parent autonome mais en aidant de Martine, à qui il laisse une partie de la charge mentale liée à la vie quotidienne de leur fille. Enfin, son sentiment d’implication tient aussi au fait qu’il estime être plus attentif que Martine à certains aspects de l’éducation, sur le long terme :

[L’autorité,] c’est plus sur des trucs qui me semblent moi important, des trucs de moyen longue vue, plus que Martine, là je déconnerai pas. C’est con, mais sur des trucs… L’école, ce qui se passe à l’école, là-dessus je pense que Martine sera au taquet, mais ce qui m’intéresse plus que ce qui se passe à l’instant T, c’est ce qui se passe, les conséquences de ce qui se passe à l’instant T sur le moyen et long terme.

Ce discours le place dans une forme de complémentarité avec Martine : elle serait plus attentive au quotidien, lui serait plus attentif au long terme. Or, concernant un enfant de six mois, on peut supposer que le quotidien est un aspect plus chronophage de l’éducation que l’attention à la scolarité.

Mais pourquoi c’est si difficile d’atteindre une forme d’égalité dans la répartition du travail parental ? Éléments de réponse dans un prochain article.

*Croyez-le ou non mais les prénoms ont été changés.

Le paradoxe du nouveau père – l’écart entre les représentations et les pratiques

Précédemment : Les éternels “nouveaux pères”

Une manière simple d’expliquer le paradoxe entre le sentiment d’implication dans la paternité des hommes contemporains et la moindre part de tâches parentales qu’ils assument (pour le dire plus rapidement, le décalage entre les représentations et les pratiques) : dans le premier cas, on procède à une comparaison intra-sexe et dans le deuxième cas à une comparaison inter-sexe. Vous voilà bien avancé.

En fait, quand on parle de « nouveaux pères », on ne dit pas que les hommes sont impliqués dans l’absolu dans la paternité, il s’agit plutôt de dire qu’ils sont plus impliqués que les pères des générations précédentes. En effet, implicitement, selon une contre-image d’Epinal, les pères « de l’ancien temps » sont appréhendés comme distants, peu présents et peu intéressés par la vie quotidienne de leurs enfants… C’est-à-dire tout ce que les pères contemporains ne veulent pas être. Cette opposition intérieure se manifeste par exemple dans l’enquête de l’UNAF Être père aujourd’hui. Les hommes interrogés y étaient invités à dire s’ils élèvent leur(s) enfant(s) de la même manière que leur père était avec eux ou non : une grande majorité d’entre eux déclare élever ses enfants de manière plutôt différente (48%) ou totalement différente (38%). Lorsqu’ils détaillent en quoi consistent les différences, ils mettent largement en avant leur volonté d’être plus présents pour leurs enfants, et dans une moindre mesure d’être plus à l’écoute et plus proches de leur progéniture. Or, les répondants de l’enquête décrivent leurs pères comme peu ou pas impliqués, notamment en ce qui concerne les tâches quotidiennes (67%). C’est un peu moins le cas concernant l’éducation (46%) ou les loisirs (56%). À ce titre, le sentiment d’implication des « nouveaux pères » parait découler d’une comparaison intra-sexe : dans la mesure où les pères seraient pensés par défaut comme peu impliqués (d’où la dénonciation des « pères absents »), il suffirait d’en faire un peu plus que d’autres hommes (son propre père, des pères de l’entourage) pour se sentir « nouveau père ».

Or, lorsque des sociologues ou des féministes dénoncent le modèle du « nouveau père » comme un mythe, iels ne procèdent pas à une comparaison intra-sexe mais à une comparaison inter-sexe. En effet, quand on compare le volume ou la durée du travail parental des pères et des mères, on constate des écart importants et persistants entre les deux sexes. Le même procédé est à l’œuvre dans la perception des tâches ménagères, d’ailleurs, comme le rappelle par exemple Titou Lecoq.

Ensuite, l’appellation « nouveau père » permet de regrouper sous une même étiquette des situations très différentes. Si on en croit l’enquête Être père aujourd’hui et c’est ce que je trouve aussi dans les 80 entretiens que j’ai menés avec des pères, il y a un relatif consensus parmi les pères d’aujourd’hui pour dire qu’un bon père est « présent », un terme qui est souvent employé pour qualifier le « bon » père. Or, d’un homme à l’autre, en fonction du modèle paternel hérité, de ceux des pères proches de lui, du rapport de cet homme au travail rémunéré, etc., le contenu donné au terme « présent » varie grandement. Je pense par exemple à Denis*, un des hommes que j’ai rencontrés dans mon enquête. Il est visiblement gaga de son fils qui a un an et demi au moment de l’entretien, dont il me parle avec beaucoup de chaleur. Technicien informatique, il a des journées de travail étendues parce qu’il travaille loin de son domicile : il part de chez lui à sept heures et demi et rentre vers vingt heures. Il me dit d’ailleurs qu’il a pensé travailler en indépendant en partie pour passer plus de temps avec son enfant. Je lui demande « Tu regrettes de ne pas passer plus de temps avec ton fils ? », persuadée qu’il va me raconter quel déchirement cela représente pour lui de devoir consacrer autant de temps dans sa journée au travail. Pourtant, à ma grande surprise, il me répond :

Ça va, c’est correct ! Parce que le weekend, on se rattrape, et le soir, mine de rien, de 20 heures au coucher, je profite beaucoup de lui, donc j’ai pas trop le sentiment de ne pas le voir évoluer, de ne pas trop le voir grandir… Surtout que ma femme [qui est mère au foyer] des fois m’envoie des photos de lui dans la journée [rire]. Non, je n’ai pas le sentiment de ne pas avoir assez de temps avec lui.

Pour Denis, être suffisamment présent, c’est passer une heure avec son fils tous les soirs de semaine et le weekend avec lui. Au final, le contenu donné à l’expression « être présent » pouvait aller suivant les pères de « un déjeuner en tête-à-tête avec chaque enfant pour son anniversaire » (des pères de familles nombreuses qui se décrivent comme « plutôt traditionnels ») à « passer une heure en tête-à-tête avec mon enfant après la sortie de l’école ».

Enfin, cet écart entre représentations et pratiques de paternité s’explique peut-être tout simplement par le fait qu’on n’observe pas les mêmes critères dans les deux cas. Se sentir « impliqué » dans la paternité ne passe pas forcément par une implication dans les tâches quotidiennes de soins. Ce sentiment d’implication pourrait notamment prendre la forme d’une attention portée à l’éducation des enfants ou un souci de s’assurer du bon déroulement de leur scolarité. Or, ces « charges mentales » ne sont pas nécessairement des choses qui prennent du temps en tant que tel (et à plus forte raison quand les enfants sont encore en bas-âge), il s’agit plutôt d’une forme de vigilance et une capacité à intervenir au bon moment.

Au final, les différentes pistes d’explication que j’ai apportées pour élucider la différence entre les représentations et les pratiques en matière de paternité tient à un simple élément : quand on regarde les représentations on compare des pères, et quand on regarde les pratiques on compare des pères et des mères. Et pour illustrer cela, quoi de mieux qu’un cas pratique ? Vous pourrez trouver un portrait d’un « nouveau père » typique dans le prochain article.

Sur le même sujet : Pères encensés, mères épuisées

*Le prénom a bien sûr été changé.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search