Rédiger sa thèse (ou tout autre projet de longue haleine) – utiliser un organiseur dédié

Lorsque j’ai enfin pu me mettre à la rédaction de ma thèse (je veux dire, m’y mettre pour de bon, pas écrire des chapitres irrémédiablement rejetés par mes directeurices), j’ai été confrontée à un problème. J’avais déjà de multiples supports pour m’organiser et garder une trace de mes idées et de mes données (bullet journal, to do list, journal de recherche, etc.) mais ce qui concernait précisément l’avancée du manuscrit était noyé dans la masse des informations. J’avais besoin de retrouver très rapidement où j’en étais, pas seulement en termes de progression de l’écriture (avancée dans le plan), mais aussi de raccrocher le train des idées. C’est ce qui me prenait le plus de temps après une interruption, par exemple en reprenant la rédaction le lundi après la coupure du weekend : dans quoi étais-je plongée ? Qu’est-ce que j’essayais de démontrer avec ce que j’étais en train de rédiger ? Est-ce que ce paragraphe était terminé ou je voulais ajouter un autre élément ? Est-ce que j’ai déjà introduit cette interprétation ou est-ce que je pensais la mettre à un autre endroit ?

L’inconditionnelle des planners que je suis a rapidement trouvé la solution : un organiseur dédié. J’avais besoin de place pour noter non seulement ce que je voulais faire (relire un article, rédiger un encadré…), mais aussi les intuitions ou interprétations ou citations d’un-e autre auteurice que je voulais traiter ultérieurement. Et j’avais besoin d’un support qui me montre : tu en es là, il te reste ça à faire. J’ai utilisé un agenda qui avait ce format :

Double page d'un agenda perpétuel (pas de date notée) qui est divisé en deux parties : sur la page de gauche, les jours de la semaine sont déclinés dans 7 rectangles horizontaux et à droite la page est en petits carreaux

Il existe évidemment quantité de planners dans ce format et il est tout à fait possible de construire le sien sur un carnet vierge, l’important pour moi étant d’avoir à la fois une page dédiée à chaque jour de la semaine, afin de découper la rédaction en petites tâches qu’on peut accomplir jour après jour, et une page pour l’ensemble de la semaine. Je divisais la page de droite en deux horizontalement : sur la partie supérieure je notais les “grandes choses” que je devais faire (par exemple, écrire le chapitre X, lire les articles sur le thème Y ou lire le livre Z) et la partie inférieure était réservée aux idées, remarques, intuitions, courtes notes de lecture, recommandations, etc. Je me servais également des pages du début (un calendrier avec six mois sur deux pages) pour noter les plages de temps que je prenais pour chaque chapitre.

Cet outil m’a beaucoup aidé pour “raccrocher les wagons” de mes pensées d’un jour sur l’autre ou d’une semaine sur l’autre, et de garder une trace condensée et facilement accessible de ce dont j’avais besoin pour écrire, et j’espère qu’il aidera d’autres doctorant-es ou personnes qui se consacrent à un projet d’écriture.

Conseils pour les CVs d’ATER

La campagne d’ATER 2018 est encore loin, mais il n’est jamais trop tôt pour se préparer pour ce rite de passage spécial doctorant en fin de thèse et jeune docteur. J’ai assisté l’année dernière à un atelier de rédaction de CV avec une enseignante-chercheuse qui nous a donné quelques conseils en la matière, que je vais partager ici.

Premier conseil qui vous servira pour le reste de votre carrière d’enseignant-chercheur : faites un CV matriciel dans lequel vous mettez TOUT ce qui a un rapport avec votre travail : enseignements, activités de recherche, publication, « valorisation » de la recherche (communications, organisations de journées d’étude et équivalent, coordination d’une publication…)… Cependant, comme le mot « matriciel » l’indique, il ne s’agit pas d’envoyer ce monstre de 20 pages pour chacune de vos candidatures. Au contraire, l’idée est que dès que vous aurez assez de matière, vous couperez dedans pour vos candidatures, en fonction du fléchage de poste, en conservant les éléments en adéquation avec le poste et en éliminant ceux qui le sont moins.

Certes, si vous êtes un doctorant en fin de thèse, vous aurez peut-être le sentiment que vous n’avez pas assez de contenu pour vous permettre de trancher dans le tas. Cependant, une chose qu’on oublie souvent (que moi j’avais oublié en tous cas) quand on est apprenti-chercheur, c’est qu’un poste d’ATER est ciblé sur l’enseignement. Ce qui signifie qu’on a tout intérêt à mettre en avant ses activités d’enseignements, plutôt que ses activités de recherche dans son CV pour un poste d’ATER. A ce titre, organiser les thématiques de votre CV dans l’ordre suivant : enseignement (activités pédagogiques et d’enseignement, y compris non-universitaires comme des cours particuliers ou des cours dans le secondaire), administratif (si vous avez effectué des activités de saisie, de secrétariat, de coordination, de comptabilité… mais aussi l’organisation d’événement et de valorisation) et enfin recherche. Dans l’idée, votre CV d’ATER devrait être consacré à 60% à l’enseignement, à 30% à l’administratif et 10% à la recherche. Frustrant quand on sait que la recherche est censé être la partie la plus valorisée de notre travail, mais on n’est pas à une injonction contradictoire près, dans l’université comme ailleurs.

Il s’agit donc de mettre la gomme sur l’enseignement. N’oubliez pas de préciser le nombre d’heures total consacré à l’enseignement et pour chaque cours, de préciser le public auquel vous avez enseigné (donner un cours de statistiques à des sociologues, ce n’est pas la même chose qu’à des mathématiciens) et de faire une petite présentation de chaque enseignement (les titres ne sont pas forcément explicites) : descriptif du cours, support employé (brochure de textes, exercices…) et outils, noms des auteurs mobilisés ou les thématiques, la méthode d’évaluation… Par exemple, à la fin de la partie enseignement, vous pouvez mettre une section « méthode d’évaluation » en mettant si vous avez déjà corrigé des paquets de copies notamment.

Pour la partie administration, concentrez-vous sur les compétences plutôt que le contenu. Si vous avez fait un CDD en tant que secrétaire ou si vous avez été trésorier dans une association, n’hésitez pas à le mettre, surtout pour signaler que ça a été l’occasion de développer des connaissances de saisies informatiques ou de comptabilité par exemple. Dans le même ordre d’idée, signalez les compétences/logiciels informatiques que vous maitrisez. Vous pouvez par exemple mettre un lien vers un PowerPoint que vous avez fait pour vos cours. Si vous avez été webmaster d’un site ou si vous avez des compétences en graphisme, mettez-le. Concernant les activités de co-organisation de journées d’étude, de numéro de revue… précisez ce que vous avez fait, formulé en termes de compétences acquises. Précisez par exemple si vous avez déjà rédigé un rapport de recherche ou un compte-rendu de réunion.

Concernant la recherche à proprement parler, elle doit être réduite au strict minimum parce que ce n’est pas sur ça que vous allez être évalué. Ainsi, il n’est pas utile de faire la liste de toutes les communications que vous avez faites : privilégiez celles faites à l’étranger ou dans des institutions prestigieuses par exemple. Pour les articles, vous pouvez mettre les noms des revues en gras : ce n’est pas tellement le titre de vos articles (ou de vos communications) qui comptent que ce dont elles sont le signal. De même, pour votre thèse, l’important est de faire figurer votre ou vos directeurs et vos laboratoires (en précisant les acronymes). Vous pouvez aussi faire figurer quelques mots-clefs, surtout s’ils ont un rapport avec le poste. Mettez aussi le lien vers votre page web sur le site du laboratoire (et mettez-le à jour).

Il s’agit d’atteindre le juste équilibre en précisant les compétences (pédagogiques et administratives) dont vous pouvez vous prévaloir (le recruteur ne peut pas deviner que vous maitrisez Excel si vous ne l’indiquez pas) et ne pas en dire trop : les CVs ne sont jamais lus entièrement (et encore moins ceux de dix pages) et tout n’est pas intéressant à lire pour le recruteur (aussi déchirante que soit l’idée de faire des coupes dans l’exposé de votre précieux travail). Certaines universités demandent des CVs de quatre pages maximum (liste des publications incluses ou non) : c’est un bon exercice pour vous obliger à conserver le « best of » de vos compétences professionnelles. Divisez votre CV en rubriques clairement identifiées. Essayez dans la mesure du possible de faire coïncider le début d’une rubrique avec le début d’une page et de faire tenir chaque item sur une seule ligne. N’hésitez pas à utiliser des listes et des bullets points. Vous pouvez aussi utiliser les tableaux avec l’information clef dans la première colonne et le « remplissage » dans la deuxième.

Un de vos principaux atouts est la clarté. Personnellement, j’ai fait une page de garde avec mes études, une rapide présentation de ma thèse (titre, mots-clefs, directeurs, laboratoires) et de mes rattachements à des réseaux de chercheurs. Ensuite, j’ai fait des rubriques dispatchées dans les trois thématiques précédentes (enseignement, administratif, recherche) plus une très courte partie « informations complémentaires », chacune divisée en sous-rubriques thématiques (organisation de manifestations scientifiques, valorisation de la recherche, compétences informatiques et bureautiques par exemple). Jouez avec la taille de la police, le gras, etc., de façon à ce que l’information soit clairement organisée et que le recruteur sache facilement où la trouver.

Récapitulons donc les points importants, sous forme de liste pour montrer qu’on a bien compris les recommandations précédentes :
– privilégiez la clarté et la concision à l’exhaustivité
– mettez l’accent sur vos activités d’enseignement
– mettez en avant vos compétences plutôt que les intitulés

A lire aussi :

Les guides de la thèse pour les étudiant-e-s en sciences sociales : une brève présentation

Mon ambition n’est évidemment pas ici de dresser une analyse exhaustive de tous les guides de la thèse jamais édités, mais de présenter trois des ouvrages qui sont tombés entre mes mains et qui sont à mon sens utiles pour un-e jeune chercheur-euse en sciences sociales.

Réussir sa thèse en sciences sociales de Claudine Herzlich est un petit ouvrage de la collection « 128 » d’Armand Colin. L’auteure y met l’accent sur les tensions et les difficultés pratiques auxquels peuvent être confronté-e-s les doctorant-e-s : négociation de la relation avec le directeur ou la directrice, périodes de flottement ou de blocage (dans la réflexion ou dans l’écriture, entrée et sortie du terrain)… Elle donne également quelques conseils concrets concernant la rédaction proprement dite et pour la soutenance. Le doctorat est analysé en termes de risques : risque de dispersion (dans différentes activités ou dans sa recherche, en partant dans trop de directions ou en se montrant trop perfectionniste) ou au contraire risque de stagnation, en revenant sans cesse sur le travail précédemment accompli. Notons la mobilisation de deux typologies (une des « types » de doctorants et une des « types » de directeurs) qui, outre leur caractère assez amusant (et assez rassurant), permettent de sortir des généralités et de donner quelques descriptions ou conseils un peu plus ciblés (encore faut-il se reconnaitre !). Peu de place est accordée à la question du choix du sujet et de la bibliographie. C’est un ouvrage plaisant à lire, qu’il peut être utile de consulter au moment de se lancer dans une thèse, afin d’appréhender les grandes lignes de ce parcours, ou lorsqu’on est confronté à l’une des fameuses « périodes de creux ».

L’art de la thèse de Michel Beaud est un ouvrage beaucoup plus « froid » : il ne s’agit plus de faire du coaching émotionnel, mais de donner des informations. Il est présenté sous la forme de fiches courtes (3 pages en moyenne) qui portent avant tout sur les étapes de la thèse. L’accent est particulièrement mis sur l’objet-thèse en tant que tel : comment constituer une bonne bibliographie (et les sites de référence afin de trouver des documents), comment élaborer son projet et structurer le questionnement, comment citer… Il s’agit donc moins de donner des conseils (la question de la relation avec le directeur ou du terrain) que des outils, notamment en ce qui concerne l’importance de la question du plan (non seulement LE plan de la thèse, mais aussi la structuration de chaque chapitre lors de la rédaction), des pistes pour organiser ses notes ou les consignes bibliographiques. Michel Beaud dresse également un planning auquel le ou la doctorant-e peut se référer afin d’éviter de faire preuve de perfectionnisme et de passer trop de temps à des étapes intermédiaires. Il donne également des pistes concernant l’usage d’Internet. Ainsi, cet ouvrage a toute sa place dans la bibliothèque d’un-e doctorant-e, notamment au moment de la rédaction, afin d’organiser son travail et de se soumettre aux normes du travail scientifique.

Enfin, Devenir chercheur, sous la direction de Moritz Hunsmann et Sébastien Kapp, est un ouvrage collectif hybride : certains chapitres sont assez théoriques (« qu’est-ce qu’une thèse en sciences humaines et sociales ? ») mais la plupart d’entre eux s’efforcent de livrer aux lecteur-trice-s les « ficelles du métier », en donnant quelques pistes concernant le choix de l’approche théorique adoptée, de l’élaboration du projet de thèse, la rédaction… Mais l’apport principal de cet ouvrage est la prise en compte des activités autres que la thèse proprement dite. En effet, il est communément admis que pour un-e doctorant-e qui souhaite embrasser une carrière universitaire, soutenir une bonne thèse ne suffit pas : il faut également publier des articles dans des revues à comité de lecture, participer à des colloques, donner des cours… Or, un chapitre porte sur l’expression orale, un autre sur la manière d’articuler participation à des colloques, rédaction d’articles et rédaction de la thèse afin de se « mâcher le travail », d’autres encore sur l’édition (trouver un éditeur pour sa thèse, publier un carnet de recherche en ligne…). Il s’agit donc d’un ouvrage indispensable, à lire attentivement au moins une fois, afin d’avoir accès à des outils moins méthodologiques (comme dans le cas de l’art de la thèse) que concrets, afin d’articuler les différentes tâches attendues du ou de la doctorant-e.

Bibliographie :
Beaud Michel, L’art de la thèse, Repères (coll. “Grands guides”), 2006
Herzlich Claudine, Réussir sa thèse en sciences sociales, Armand Colin (coll. “128”), 2005
Hunsmann Moritz et Kapp Sébastien (dir.), Devenir chercheur – écrire une thèse en sciences sociales, Editions de l’EHESS (coll. “Cas de figure”), 2013

A lire aussi :
L’écriture d’une thèse en sciences sociales : entre contingences et nécessités
Ecrire une thèse en sciences sociales : écriture, relecture, réécriture
Publier pendant et après la thèse
Produire son oeuvre
Le doctorat : un rite de passage

A signaler :
Assieds-toi et écris ta thèse ! (voir commentaires)

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search