Familles confinées

Familles confinées (2020)

Cette recherche a été initiée dans le cadre du réseau thématique 48 « Articulation des temps sociaux » de l’Association française de sociologie pendant le confinement de mars-avril 2020 en France, afin de comprendre les effets du confinement sur l’articulation travail-famille. Il s’agissait de saisir, par des entretiens semi-directifs hebdomadaires avec un parent (généralement la mère), comment les familles se sont organisées pendant le confinement pour articuler activité professionnelle, temps parental et travail scolaire, travail domestique et temps personnel. Une vingtaine de familles ont ainsi été suivies par neuf enquêteurs et enquêtrices, généralement de mars à juin 2020.

Ce matériau d’enquête permet de mettre en lumière ce qui est souvent difficile à appréhender par le biais des entretiens concernant l’articulation travail-famille, comme le détail concret de la division sexuée du travail entre les conjoints, mais aussi le regard que les individus portent sur cette répartition des tâches et des responsabilités et les tactiques qu’ils mettent en place pour articuler les différentes sphères dans lesquelles ils sont engagés. Une de nos hypothèses principales est que le confinement, loin de permettre une redistribution du travail non-rémunéré entre les parents, a été l’occasion d’un accroissement des inégalités de genre au sein du couple.

Cette enquête fait l’objet d’un livre collectif intitulé Familles confinées. Le cours anormal des choses.

Familles confinées (ANR, 2020-2021)

J’ai été recrutée en automne 2020 en tant que post-doctorante à l’Irisso (Paris Dauphine) pour un projet de recherche portant sur l’expérience du confinement dans les familles. La recherche a été financée par l’ANR (ANR-20-COV4-0002 « Fam.Conf. ») et coordonnée par Julie Landour, maitresse de conférences en sociologie à l’université Paris Dauphine. L’établissement de rattachement était l’Irisso (UMR CNRS INRA 7170-142). Il s’agit de comprendre comment les restrictions sanitaires induites par la pandémie de Covid-19 ont affecté les formes d’articulations entre travail et famille dans les couples avec enfants. Cette situation inédite constitue en effet un poste d’observation privilégié pour étudier les inégalités sociales, notamment de classe et de genre, relatives à la prise en charge des activités professionnelles, parentales et domestiques. Cette recherche vise à analyser les transformations engendrées sur le plan du maintien en emploi et de poursuite de la carrière professionnelle (en particulier des mères), de l’organisation du travail et de son articulation avec les engagements familiaux, de l’éducation et de la continuité pédagogique. Cette recherche est conduite dans trois pays de l’espace européen : la France, la Suède et la Suisse. Ces trois pays ont opté pour des gestions de la pandémie différenciées (confinement strictement encadré pendant deux mois en France, semi-confinement assoupli progressivement en Suisse, politique de la « responsabilité » en Suède), qui permettent une comparaison des réponses institutionnelles dans un continuum de régimes d’État-Social, du type libéral ou résiduel suisse à la social-démocratie suédoise, en passant par le corporatisme-conservateur français. Cette comparaison internationale permettra de rendre compte de manière fine de l’impact des mesures sanitaires sur les transformations des organisations quotidiennes dans les familles.

L’enquête repose sur des entretiens semi-directifs menés avec les différents membres (parents et enfants) dans une soixantaine de familles. Concernant le volet français de l’enquête, une vingtaine de familles avec au moins un enfant en école primaire seront interrogées, choisies avec un objectif de diversification des conditions de confinement (en termes d’appartenance sociale, de situation d’emploi au moment du confinement et de type de logement et de lieu de vie).

Equipe :

  • Pascal Barbier (maître de conférences à Paris 1 Panthéon Sorbonne)
  • Julie Landour (maîtresse de conférences à Paris Dauphine)
  • Ida Lidegran (professeur associée à l’université d’Uppsala)
  • Elizabeth Hultqvist (professeur associée à l’université d’Uppsala)
  • Sandra Constantin (chercheuse FNS post-doctorante à la Haute école de travail social et de la santé de Lausanne)
  • Jean-Marie Le Goff (maître d’enseignement et de recherche à l’université de Lausanne)
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search