La sociologie : une discipline subalterne ?

Je tiens tout de suite à le préciser : si dans le titre je parle de « discipline subalterne », je ne l’entends pas au sens du rapport entre les disciplines (la sociologie serait moins bien ou seconde par rapport à l’économie/l’anthropologie/l’astrophysique…), mais au sens de la légitimité des savoirs produits dans le sens commun. Cet article est le résultat d’une discussion avec une amie, non moins apprentie-sociologue que moi, dans laquelle nous regrettions que les analyses sociologiques ne soient pas davantage prises en compte dans le domaine des psychothérapies. Par exemple, elle trouvait dommage que les difficultés d’un-e adolescent-e soient interprétées par un psychologue comme le résultat d’une trajectoire singulière et de son vécu avec ses parents (entre autres), sans que soit pris en compte en tant que tel la question du milieu social dans lequel il évolue. Cette présentation un peu schématique, qui ne rend sans doute pas justice à un certain nombre de psychologues, n’en soulève pas moins un point essentiel pour moi : pourquoi les savoirs sociologiques ont perdu la bataille de la légitimité ? Je ne prétends évidemment pas apporter une réponse définitive et éblouissante à cette question, mais proposer quelques pistes, par la comparaison avec la psychologie.

Tous les sociologues (apprentis ou confirmés) le découvrent, si ils ne l’apprennent pas dans leur deuxième cours d’introduction à la sociologie, tout le monde a son idée sur la véracité des savoirs sociologiques (en général, pour dire qu’ils ont tort). Pour donner aux heureux lecteurs et heureuses lectrices qui n’ont pas fait cette expérience une petite idée de ce en quoi cela consiste, petit exemple. Lors de la conversation avec l’amie en question, on en est venu à parler de son sujet de recherche (elle travaille sur les couples hétérosexuels français entre 20 et 30 ans). Elle m’expose alors la différence de discours sur leur couple selon que l’interrogé-e était un homme ou une femme. Et là, un homme d’une cinquantaine d’années s’est visiblement senti suffisamment à l’aise non seulement pour nous interrompre, mais aussi pour y aller de son petit commentaire pour nous expliquer à nous, jeunes femmes, que nous avions une vision très pessimiste du couple. Mon amie a passé une demi-heure à essayer de lui faire admettre que les hommes et les femmes vivaient des expériences différentes du fait de leur sexe (du moins, des différences sociales qui sont construites à partir de la différence de sexe). L’homme a défendu bec et ongle que « bon, je ne suis pas sociologue mais mon expérience de la vie, qui est plus grande que la vôtre, me fait dire que vous avez tort ». Rien, ni les enquêtes statistiques et quantitatives, ni les entretiens que mon amie avait menés auprès d’un certain nombre de personnes dont elle pouvait se targuer pour nourrir son propos n’ont pu convaincre son interlocuteur. L’expérience de la vie de cet homme suffisait à disqualifier des résultats établis par l’étude de l’ensemble de la population ou une partie d’entre elle.

Je formule l’hypothèse que d’autres disciplines ne souffrent pas de la même déconvenue. En ce qui concerne l’économie, la géographie ou l’histoire, la plupart des gens en ont une connaissance au moins infime, qui date de leur passage sur les bancs de l’école. Je suppose que si l’anthropologie est souvent réduite dans les représentations à l’analyse de tribus exotiques et lointaines, ses analyses ne sont pas considérées comme fausses pour autant, quand elles interviennent dans la conversation. Je vais faire ici un petit parallèle entre la psychologie et la sociologie. Ces deux disciplines ont en commun de s’attacher à expliquer le fonctionnement des êtres humains. Par contre, le savoir psy (dans sa version vulgarisée) est largement répandu dans les représentations, les discours, les revues, les ouvrages sur l’éducation, les cours de philo en terminale… Si mon amie avait déclaré que les hommes et les femmes tenaient des discours différents sur leur couple parce que les premiers entretiennent des rapports différents à leur mère que les secondes du fait du complexe d’Œdipe, il est possible que la conversion se soit arrêtée là. Bref, le savoir psy a gagné son brevet de légitimité auprès du grand public. Pourquoi pas la sociologie ?

Je pense que le tournant a été pris dès la naissance de ces disciplines. Dès le lancement des théories freudiennes, ces dernières ont connu un grand succès. Ce n’est pas le cas des travaux de Durkheim en France. Il faut dire que le suicide, c’est beaucoup moins sexy que l’espoir de comprendre pourquoi on répète toujours les mêmes erreurs (et découvrir comment éviter de le faire à l’avenir). De plus, la psychologie a pour ambition d’expliquer le fonctionnement de l’esprit humain : non seulement l’intérêt direct de ce savoir est immédiatement visible, mais en plus ce savoir se pose comme contre-intuitif par essence, ce qui rend sa réfutation impossible (ou du moins beaucoup plus compliquée). Je m’explique. Puisque la psychologie est supposée dévoiler les mystères de l’inconscient, il est normal qu’un individu lambda puisse affirmer « non, je ne fonctionne pas comme ça », puisque même si c’était le cas il n’en aurait pas conscience. Encore plus fort, la résistance à un diagnostic psy par un individu peut être interprétée par l’expert psy qui pose le diagnostic comme preuve qu’il est juste, la réaction émotionnelle étant censée être le signe du travail de l’inconscient pour occulter la réalité gênante. Bref, la psychologie a réussi non seulement à diffuser largement ses analyses dans les esprits (au moins sous une forme vulgarisée), mais elle a également réussi à poser comme principe que le profane ne peut pas intégrer directement les savoirs psy, pas sans l’aide d’un expert. A l’inverse, tout le monde a une expérience du monde social que la sociologie tente de décrypter. Rien n’empêche autrui de faire sa petite sociologie sauvage, sans avoir besoin de concept particulier ou de mener une enquête étendue. Voilà à mon sens ce qui manque à la sociologie pour être une science légitime : un raffinement théorique qui explique que les profanes ne puissent pas analyser le monde social avec la même acuité et la même pertinence que les sociologues. En attendant, à chaque fois qu’un sociologue produira dans une conversation une analyse basée sur des tendances générales, ou des expériences qui ne sont pas les siennes, cette analyse sera discréditée par un seul contre-exemple.

Les pères au foyer sont-ils l’avenir du féminisme ?

Lors de mon enquête sur les pères au foyer, j’étais bien embêtée au moment d’analyser l’entretien d’Ian (le prénom a été changé). En effet, c’était un homme sensibilisé au féminisme, donc a priori on était plutôt d’accord sur deux ou trois points. Cependant, au nom du féminisme, il refusait de prendre en charge l’intégralité des tâches ménagères et parentales. En tant que lectrice de Delphy (1997), j’adhère à l’idée que le travail domestique est un « vrai » travail (mais pas reconnu). Cependant, le fait d’être parent au foyer ne constitue-t-il pas une reconnaissance de la réalité de ce travail, dont l’ampleur nécessite qu’un-e des conjoint-e-s cesse de travailler pour le prendre en charge ? En effet, que le père au foyer utilise l’idée que « c’est un vrai travail » pour s’en décharger en partie sur sa conjointe quand elle rentre de son travail salarié, c’est lui imposer de facto une « double journée » ( Barrère-Maurisson , 1992), au même titre que celle qui pèse sur la plupart des femmes.

Bref, faut-il voir (et se réjouir) dans les couples hétérosexuels où le père est au foyer une avancée du féminisme ? en effet, ces hommes endossent un rôle traditionnellement féminin, preuve que l’égalité hommes-femmes est en progrès, et que les hommes et les femmes peuvent endosser des identités conformes à leurs désirs indépendamment des attentes sociales qui pèsent traditionnellement sur l’un et l’autre sexe. De plus, le fait que la répartition des tâches domestiques (c’est-à-dire l’ensemble des tâches participant au fonctionnement du foyer et celles en rapport avec les enfants) soit relativement plus égalitaire que dans les couples où l’homme est actif occupé professionnellement semble plutôt encourageant.

Pourtant, je ne peux pas m’empêcher de me dire que si la répartition des tâches est égalitaire dans ces couples, c’est bien parce que les hommes ont les moyens de ne pas subir une assignation aux tâches domestiques, voire de tourner une revendication féministe à leur avantage (« c’est pas parce que je suis à la maison que je dois tout me taper ») afin « d’aménager » la situation de parent au foyer à leur convenance (ce que ne peuvent pas forcément faire les femmes au foyer).

Petit point sur les tâches domestiques. Comme le souligne Annie Dussuet (1997), elles sont difficiles à identifier : ce n’est ni leur périodicité (certaines peuvent être exécutées tous les jours, d’autres une fois par an), ni leur caractère « ménager » (puisqu’on peut y inclure les tâches liées aux enfants, le bricolage, le jardinage…). De nombreuses activités de la vie de famille peuvent y être incluses : les tâches administratives, la gestion des finances (Belleau, Henchoz, 2008), la décoration du foyer, la prise en charge de la santé des membres de la famille (Cresson, 1995) voire même l’organisation de la cérémonie de mariage… de plus, Monique Haicault (1984) souligne qu’on ne peut pas réduire le travail domestique au moment de l’exécution des tâches domestiques. Cette exécution nécessite en effet un travail de préparation, de supervision : une « charge mentale ».

Les enquêtes statistiques sur la répartition des tâches domestiques montrent que ces tâches sont prises encore aujourd’hui majoritairement par les femmes (de l’ordre de 80%, Régnier-Loilier, 2010). Certaines tâches sont réparties de façon plus égalitaires que d’autres : la vaisselle ou le passage de l’aspirateur sont plus souvent répartis entre les conjoint-e-s que les tâches « masculines » (jardinage, bricolage, entretien des véhicules) qui restent l’apanage des hommes et les tâches « féminines » (liées au linge et au soin des enfants) celui des femmes.

Cette inégalité dans la répartition peut être modulée selon différents facteurs, comme le nombre d’enfants, leur-s âge-s et leur sexe, l’activité (ou l’inactivité) professionnelle des conjoint-e-s, leur niveau de diplôme… d’une façon générale, plus la femme a une situation sociale (liée entre autres au niveau de diplôme, de revenu ou à la catégorie socio-professionnelle d’appartenance) moins bonne que celle de son conjoint, et plus elle est pensée comme « disponible » (parce qu’elle travaille à mi-temps ou qu’elle est « au foyer »), plus la femme prend en charge de tâches domestiques. De même, plus la masse des tâches  à réaliser (du fait de la présence d’enfant-s dans le foyer), plus elle est susceptible d’en prendre en charge une part importante.

Cette inégalité dans la répartition se manifeste également sur le plan symbolique. En effet, les femmes prennent en charge les travaux perçus comme « légers », en lien avec la propreté ou de l’ordre de la routine. A l’inverse, les hommes prennent en charge les travaux lourds, nécessitant la maitrise d’instruments techniques et tournés vers l’extérieur. Ces tâches produisent souvent quelque chose de visible (comme un objet), dont on peut tirer de la reconnaissance, à l’inverse du ménage qui ne se voit que quand il n’est pas fait.  De plus, elles sont prises en charge de manière occasionnelle, circonscrites à des tâches précises ( Pfefferkorn , 2011).

En ce qui concerne la réalité de l’existence du « nouveau père » dans les pratiques, les pères ne passent pas beaucoup plus de temps avec leur-s enfant-s qu’auparavant, et ce même parmi ceux qui se décrivent comme impliqués émotionnellement dans la paternité. Certes, cette figure du « nouveau père » a permis aux hommes d’avoir une relation avec leur-s enfant-s basée sur la tendresse (et non seulement sur l’autorité), même si cette relation semble là encore « sélective » : les pères choisissent parmi les tâches parentales les plus agréables (les tâches de loisirs), sans subir la charge des tâches plus pénibles de « maternage ».

Plus généralement, la participation des hommes au travail domestique est pensée comme un rôle d’appoint, de complément. Annie Dussuet (1997) montre bien le mécanisme qui conduit à l’inégale répartition du travail domestique : les femmes intériorisent le fait que le travail domestique doit être fait, et elles ont le sentiment que si elles ne le font pas, personne ne le fera. A l’inverse, les hommes ne sont pour ainsi dire jamais incités à acquérir les compétences domestiques ou la « préoccupation domestique », c’est-à-dire le fait de voir les tâches domestiques qui doivent être réalisées, et que cette constatation aille de pair avec une « injonction à agir », une volonté de réaliser ces tâches à court terme. De plus, même lorsque les hommes ont appris à prendre en charge les tâches domestiques (par exemple lors d’une période de célibat), ils les « désapprennent » rapidement suite à la mise en couple, soit parce que leurs conjointes prend en charge le travail domestique avant eux, soit parce qu’elles les dissuadent de les prendre en charge en leur reprochant de ne pas les faire assez vite ou assez bien.

Ainsi, les injonctions qui pèsent sur les femmes leur inculquent que le travail domestique est de leur responsabilité, et peut être valorisant pour elles, en endossant l’identité de « bonne mère » ou de « bonne ménagère ». Ainsi, même si l’homme peut prendre en charge certaines tâches domestiques, il aura toujours la possibilité de les choisir selon son goût ou sa compétence, et de résister à la prise en charge des tâches qu’il ne veut pas prendre en charge (en faisant trainer l’exécution de la tâche ou en refusant de se plier aux exigences de sa conjointe, afin qu’elle cède et les prenne en charge elle-même). A l’inverse, les femmes prennent en charge les tâches par défaut. Bien sûr, les femmes aussi ont la possibilité de «résister » à cette assignation aux tâches domestiques, mais cette résistance semble demander plus d’efforts aux femmes qu’aux hommes (voir certains commentaires de cet article de Crêpe Georgette ou cet article).

Les pères au foyer ne sont donc pas l’avenir du féminisme. Ou pas seulement. Une répartition égalitaire des tâches (tant en termes de volume, de temps qui y est consacré que de nature des tâches en termes de pénibilité) comme celle à l’œuvre dans ces couples, c’est bien. Une intériorisation équivalente de la « préoccupation domestique » par les hommes comme par les femmes, qui passerait par une éducation identique des filles et des garçons et par des attentes sociales égales en ce qui concerne la prise en charge des tâches domestiques, c’est mieux. C’est même la seule façon de parvenir à l’égalité.

Bibliographie :

Algava Elisabeth, « Quel temps pour les activités parentales ? », Etudes et résultats, n°162, mars 2002
Barrère-Maurisson Marie-Agnès (dir.), Partage des temps et des tâches dans les ménages, ministère de l’Emploi et de la Solidarité, Cahier Travail et Emploi, Paris, La Documentation française, 2001Barrère-Maurisson Marie-Agnès,  La division familiale du travail – la vie en double, PUF (coll. « économie en liberté », 1992
Bauer Denise, « L’organisation des tâches domestiques et parentales dans le couple »,  in Régnier-Loilier Arnaud (coll.), Portraits de famille – l’enquête Etude des relations familiales et intergénérationnelles, Ined (coll. « Grandes enquêtes »), 2010
Bauer Denise, « Entre maison, enfant(s) et travail : les diverses formes d’arrangement dans les couples », Etudes et résultats, n°570, avril 2007
Belleau Hélène, Henchoz Caroline, L’usage de l’argent dans le couple : pratiques et perceptions des comptes amoureux – perspective internationale, l’Harmattan (coll. « Questions sociologiques »), 2008
Boyer Danielle, Nicolas Muriel, « La disponibilité des pères : conduite par les contraintes de travail des mères ? », Recherches et prévisions, n°84, juin 2006
Brousse Cécile, La répartition du travail domestique entre conjoints : permanence et évolutions de 1986 à 1999, France Portrait social, INSEE, 2002
Brousse Cécile, « La répartition du travail domestique entre conjoints reste très largement spécialisée et inégale », France. Portrait social 1999-2000, INSEE, 1999, p.135-151
Brugeilles Carole, Sebille Pascal, « La participation des pères aux soins et à l’éducation des enfants – l’influence des rapports sociaux de sexe entre les parents et entre les générations », Politiques sociales et familiales n°95, mars 2009
Brugeilles Carole, Sebille Pascale, « Partage des activités parentales : les inégalités perdurent », CNAF, politiques sociales et familiales, n°103, mars 2011
Brugeilles Carole, Sebille Pascal, « le partage des tâches parentales : les pères, acteurs secondaires », Informations sociales, n°176, 2013, p.24-30
Cresson Geneviève, Le travail domestique de la santé, L’Harmattan (coll. « Logiques sociales »), 1995
Delphy Christine, L’ennemi principal – économie politique du patriarcat, Syllepse (coll. « Nouvelles questions féministes »), 1997
De Ridder Guido, Ceroux Benoît, Bigot Sylvie, « Les projets d’implication paternelle à l’épreuve de la première année », Recherches et prévisions, n°76, juin 2004, pp. 39-51
Dumontier Françoise, Guillemot Danièle, Méda Dominique, L’évolution des temps sociaux au travers des enquêtes Emploi du temps, Économie et Statistique, n° 52-353, 2002, p.3-13
Dussuet Annie, Logiques domestiques – essai sur la représentation du travail domestique chez les femmes actives en milieu populaire, L’Harmattan (coll. « logiques sociales »), 1997
Haicault Monique, « La gestion ordinaire de la vie en deux », Sociologie du Travail, n° 3, 1984, p. 268-275
Haicault Monique, L’expérience sociale au quotidien. Corps, espace, temps, Presses de L’Université d’Ottawa, 2000
Kaufmann Jean-Claude, La trame conjugale – analyse d’un couple par son ligne, Nathan (coll. « Pocket »), 1997 (1992)
Kaufmann Jean-Claude, Le cœur à l’ouvrage – théorie de l’action ménagère, Nathan (coll. « Pocket »), 2011 (1997)
Ledoux Clémence, Thullier Benoît, « Du travail domestique des hommes au travail domestique masculin », Terrains et Travaux, ENS Cachan, Vol. 1, n°10, 2006
Pfefferkorn Roland, « le partage inégal des “tâches ménagères” », les cahiers de Framespa, n°7, 2011
Ponthieux Sophie, Schreiber Amandine, 2006, « Dans les couples de salariés, la répartition du travail domestique reste inégale »,in Données sociales. La société française, INSEE, 2006, p.43-51
Régnier-Loilier Arnaud (coll.), Portraits de famille – l’enquête Etude des relations familiales et intergénérationnelles, Ined (coll. « Grandes enquêtes »), 2010
Zarca Bernard, « La division du travail domestique : poids du passé et tensions au sein du couple », Economie et statistiques, n°228, Janvier 1990, p. 29-40

Une heure de peine : la stratégie du mauvais élève


Enquête exploratoire sur les pères au foyer en France

L’enquête rapportée ici a porté sur les pères au foyer, définis comme des hommes vivant en couple avec une femme active occupée sur le plan professionnel et un ou des enfant(s), et n’ayant pas exercé d’activité professionnelle salariée pendant au moins six mois. 23 pères ont été interrogés dans le cadre d’un entretien semi-directif, ainsi que 7 de leurs conjointes. Cette enquête porte plus particulièrement sur la répartition des tâches domestiques au sein de ces couples, mais également sur la trajectoire biographique de ces pères et de leurs conjointes et le regard que leur entourage porte sur cette situation. Ces données ont été collectées dans le but d’analyser les rapports de force (c’est-à-dire la confrontation des pouvoirs dont dispose chaque conjoint dans le couple, mobilisés pour infléchir la prise de décision conjugale.) au sein de ces couples.

Cette enquête est inspirée des écrits féministes matérialistes qui posent que l’inégalité de la répartition des tâches ménagères et parentales est le signe de la domination que les hommes exercent sur les femmes dans la société contemporaine. Pour rendre compte de ce qui accroit le pouvoir d’un conjoint dans le couple, la théorie des ressources de Blood et Wolfe a été retenue : la distribution du pouvoir conjugal dépend des contributions fournies par chaque conjoint. Le partenaire qui dispose du plus de ressources socialement valorisées, comme le revenu ou le statut social, aura plus de pouvoir dans la prise de décisions conjugale. L’hypothèse de départ était que chaque conjoint dispose de ressources matérielles et symboliques, qui lui permettent d’infléchir les rapports de forces en sa faveur. Dans le cas des pères au foyer, il s’agissait d’évaluer comment la ressource « être un homme dans un couple hétérosexuel » s’articule avec la perte des ressources (matérielles et symboliques) liées à l’activité professionnelle, composante essentielle de l’identité masculine, et infléchit la répartition des tâches domestiques. Cette répartition a été l’indicateur retenu pour mesurer les rapports de force. Elle semblait le critère le plus pertinent dans la mesure où la situation de père au foyer va théoriquement de pair avec une remise en cause de la division sexuée du travail traditionnelle.

La plupart des couples rencontrés sont hypogames. Plusieurs pères ont d’ailleurs souligné qu’ils avaient quitté le marché du travail pour suivre leur conjointe, dont l’emploi était plus stable que le leur ou parce qu’elles avaient saisies une opportunité professionnelle. De plus, de nombreux pères se déclarent insatisfaits de leur carrière professionnelle antérieure : malaise vis-à-vis du salariat ou de leur précédent emploi, lassitude vis-à-vis de leur carrière précédente, carrières discontinues. Cependant, les pères rencontrés étaient rarement en rupture totale avec l’emploi. La situation de père au foyer s’inscrivait souvent comme un entre-deux emplois, et était l’occasion d’une reconversion. Certains pères avancent également de façon secondaire que leur situation est liée à la volonté de garder leurs enfants eux-mêmes, par conviction éducative ou par rejet des autres modes de garde. Par ailleurs, la dimension financière, même si elle ne semble pas le moteur de la décision dans la plupart des cas, est presque toujours évoqué par les pères. La conjointe n’est jamais décrite comme hostile au projet (sauf dans un cas), et ce d’autant que d’après les pères, elles n’auraient pas aimé être elles-mêmes mères au foyer. A un certain « désamour » des pères vis-à-vis du monde salarié s’oppose donc un relatif épanouissement professionnel féminin, et ce d’autant qu’elles exercent souvent des professions prestigieuses.

Chez les pères rencontrés, la situation de père au foyer n’était jamais un projet de longue date. Ce sont souvent des circonstances liées à leur carrière professionnelle ou à celle de leur conjointe qui les ont amenés à endosser ce rôle. Cependant, cette situation n’est pas seulement la conséquence d’un retrait temporaire du marché du travail lié à un « accident » (un renvoi ou une démission dans le cas des suivis de conjointe) : les pères choisissent de la prolonger. Ceux qui se perçoivent comme pères au foyer jusqu’à nouvel ordre prennent plaisir à cette situation, et assument la majorité des tâches domestiques. A l’inverse, certains pères semblent « empêchés » de retourner dans l’emploi. Or, le fait de garder les enfants « en attendant » décourage un investissement important dans cette identité de père au foyer mais aussi dans les tâches domestiques. De façon plus spécifique, les pères qui ne considèrent pas la garde des enfants (et/ou de s’occuper des tâches ménagères) comme leur activité principale, qui ne se pensent donc pas comme « disponibles », ne s’approprient pas cette identité de père au foyer.

En ce qui concerne la répartition des tâches domestiques, elle est le plus souvent égalitaire, voire en défaveur des hommes. Les pères au foyer rencontrés prennent en charge en totalité ou en partie des tâches « négociables » (comme le ménage ou la cuisine) et les tâches « masculines » comme le bricolage et le jardinage. A l’inverse, les tâches « féminines » (liées au linge) sont relativement délaissées par eux. En ce qui concerne les tâches parentales, les pères au foyer les prennent souvent en charge en grande partie, notamment les pères ayant des enfants en bas-âge sous leur garde. Cependant, les tâches domestiques semblent peu assignées à un conjoint mais au contraire réparties en fonction de leur disponibilité : si les pères prennent en charge les tâches parentales et ménagères quotidiennes pendant la journée, elles sont souvent partagées voire parfois prises en charge majoritairement par les conjointes le soir et le week-end.

En ce qui concerne l’impact des caractéristiques biographiques des conjoints sur la répartition, plus les ressources matérielles et symboliques de la conjointe sont élevées et plus elle est dans une situation hypogamique par rapport à son conjoint, plus elle bénéficie d’une répartition égalitaire des tâches domestiques. Cette hypogamie suffit à elle seule à expliquer le fait que les pères au foyer prennent en charge plus de tâches domestiques que dans la plupart des couples. Cependant, le fait qu’on n’assiste pas à une inversion systématique des rôles montre bien le poids des ressources affectives (la volonté de la conjointe de préserver son conjoint sur le plan de l’amour-propre) et symboliques (les rôles sexués traditionnels) dans les rapports de force conjugaux. De plus, les pères qui avaient une profession prestigieuse ou ont des ressources économiques prennent en charge moins de tâches domestiques que les autres. Cependant, c’est le rapport que ces pères entretiennent avec cette situation qui semble le mieux rendre compte de la répartition. En effet, c’est leur « bonne volonté » qui détermine une plus grande prise en charge des tâches de leur part. A l’inverse, le fait de la subir ou d’être « occupé » (et donc de ne pas se penser comme étant disponible pour les prendre en charge) leur permet de « résister » à une assignation aux tâches domestiques.

De plus, si la répartition des tâches domestiques se recompose lorsque le père est au foyer, la répartition antérieure reste prégnante. En effet, de nombreux pères justifient le fait qu’ils ne prennent pas en charge la totalité des tâches domestiques par une « spécialisation » au sein du couple, qu’elle soit la conséquence de routines mises en place dans le couple, des goûts et des dégoûts respectifs des conjoints, ou des compétences inégalement maitrisées par eux. Les pères mettent en avant leur prise en charge de certaines tâches sur un ton valorisant, parce qu’elles mobilisent des compétences socialement prestigieuses (la cuisine) ou parce qu’elles permettent de décharger la conjointe. Ils laissent cependant à cette dernière les tâches qui ne les “passionnent pas” pour reprendre l’expression d’un des enquêtés ou qu’ils se déclarent incapables de prendre en charge correctement, comme celles liées au linge. Les pères prennent en charge les tâches qu’ils aiment, et le fait de ne pas aimer une tâche est une raison suffisante pour les laisser à la conjointe. Plus largement, les hommes résistent à leur assignation aux tâches domestiques, en refusant de prendre en charge certaines tâches, en différant leur réalisation ou en ne se conformant pas aux exigences de leurs conjointes. En effet, les femmes tendent à prendre en charge les tâches domestiques avant que les hommes ne le fassent ou à les prendre en charge elles-mêmes parce qu’elles ont le sentiment que leur conjoint ne les fera pas suffisamment bien. Les hommes bénéficient donc d’une « paternité conditionnelle » (Modak, Palazzo, 2002), c’est-à-dire qu’ils peuvent choisir de prendre ou non en charge des tâches. A l’inverse, les femmes prennent en charge les tâches domestiques par défaut et comblent les manques du père : leurs goûts sont peu évoqués pour justifier qu’elles prennent en charge une tâche et leurs dégoûts ne sont pris en compte que s’ils sont en accord avec les goûts masculins, leurs compétences sont prises pour acquises. Plus largement, elles résistent à un désinvestissement total du foyer : leur socialisation et les injonctions identitaires qui pèsent sur elles en tant que “bonne mère” et “bonne maitresse de maison” rendent difficiles un désinvestissement total des conjointes du foyer.

La répartition plus ou moins implicite entre les conjoints (implicite dans la mesure où la plupart des enquêtés rejettent l’idée de discussion concernant les tâches domestiques, voire la considèrent comme le signe d’une mauvaise entente dans le couple)  est souvent mise à mal par des « accidents » liés aux exigences de la conjointe en termes de prise en charge des tâches ménagères. Ainsi, plusieurs pères expliquent que leur conjointe les « court-circuite » dans leur prise en charge des tâches ménagères parce qu’elles ont le sentiment qu’elles n’ont pas été réalisées suffisamment tôt. Même lorsqu’elle estime que ce n’est pas à elle de le faire, la conjointe ne peut pas s’empêcher de participer à la prise en charge des tâches ménagères, du fait de son agacement (Kaufmann, 2008) face à la non-prise en charge de ces tâches ou simplement du fait de la difficulté à changer les habitudes en matière de prise en charge des tâches. Dans le cas des tâches parentales, cette prise en charge des tâches par la conjointe peuvent être liées à une volonté de « compenser » le temps passé loin des enfants. Le pouvoir dont dispose les pères et qui se manifeste par leur capacité à se désinvestir de certaines tâches n’est pas seulement liée à leurs propres ressources, mais aussi (et surtout ?) au poids symbolique de la socialisation genrée de leur conjointe et du poids des normes sociales qui pèsent sur les femmes, en tant que maitresse de maison et en tant que mère. Annie Dussuet (1997) souligne dans son enquête que les femmes qu’elle a rencontrées envisagent le travail domestique sur le mode du devoir. En effet, s’il est évident que le travail domestique doit être fait, ce travail ne semble évident que pour les femmes. A l’inverse, les hommes ont conscience qu’un certain nombre de tâches doivent être accomplies dans un foyer, mais cette conscience ne va pas forcément de pair avec une prise en charge de ces tâches. Plus spécifiquement, selon Annie Dussuet, l’accomplissement des tâches suppose qu’on les voie, c’est-à-dire qu’on transforme une réalité perçue en tâches à accomplir. L’apprentissage de la « préoccupation domestique » va également de pair avec l’intériorisation de la charge mentale (Haicault , 1984) de la gestion du foyer : il ne suffit pas de voir les tâches ménagères, il faut aussi les « avoir dans la tête », prévoir leur réalisation, y compris les tâches ponctuelles comme le nettoyage d’une pièce « à fond » périodiquement ou le lavage des vitres. Ce constat est valable dans le cas des couples où le père est au foyer. En effet, les conjointes ont une plus grande conscience des tâches qu’il y a à prendre en charge et elles les prennent en charge « par défaut », lorsque le père refuse de les accomplir ou lorsqu’elles ont le sentiment que si elles ne les font pas, personne ne le fera.

Si les pères les plus investis déclarent avoir aujourd’hui la responsabilité du foyer, cela ne signifie pas pour autant qu’ils ont intériorisé la totalité de la « charge mentale » liée à la gestion du foyer. En effet, la conjointe garde souvent la gestion « administrative » et rappelle les rendez-vous ou les démarches à effectuer, le père déclarant souvent ne pas être organisé ou agir « au jour le jour ». De plus, les conjointes rappellent souvent au père des tâches à effectuer, notamment en ce qui concerne les tâches ménagères plus ponctuelles, que ce dernier ne « voit » pas. Cependant, dans la plupart des cas, le transfert de la responsabilité est seulement partiel, soit parce que les pères excluent certaines tâches du champ de leur responsabilité, soit parce que le manque de temps leur fait abandonner à leur conjointe (ou à un tiers) un pan de la gestion du foyer. De plus, le sentiment de responsabilité qu’expriment de nombreux pères vis-à-vis des tâches ménagères ne va pas forcément de pair avec une injonction à agir. Cette disjonction entre sentiment de responsabilité et non-intériorisation de l’injonction à agir est signe du pouvoir des pères dans le couple. En effet, l’affirmation du fait que « c’est à eux de le faire » leur permet de se conformer en apparence aux attentes de la conjointe et d’être en conformité avec l’image qu’on se fait du parent au foyer. Cependant, le fait de ne pas « le faire » effectivement montre bien la marge de manœuvre dont ils disposent. Les reproches et remarques des conjointes en matière de prise en charge des tâches ménagères (celles qu’ils ne « voient » pas, celles qu’ils ne prennent pas en charge assez vite) témoignent de l’impossibilité de ces dernières à imposer la répartition qu’elles estiment légitime au père. Ce dernier peut choisir d’investir ce rôle ou non. De plus, certains pères résistent à leur assignation aux tâches ménagères, soit au nom de leur investissement dans d’autres activités comme la reconversion professionnelle ou les travaux dans la maison, soit parce qu’ils estiment que le fait d’être au foyer ne devrait pas aller de pair avec une prise en charge de la totalité des tâches domestiques (en raison d’idéaux féministes par exemple).

Les pères au foyer ont donc des comportements qui les rapprochent des autres hommes. En effet, ils ne renoncent pas à leur identité masculine en adoptant un rôle traditionnellement féminin. A de nombreux égards, ces pères sont des hommes « comme les autres » : ils font du bricolage et des travaux dans leur foyer, ils pourvoient économiquement aux besoins de leur famille, par le biais d’une activité rémunérée intermittente ou leurs économies, tout en choisissant ce qu’ils font parmi les tâches ménagères et parentales, ils gardent un lien avec le monde du travail (ou présentent la paternité au foyer comme un métier à part entière). Cette persistance d’attitudes et de pratiques « masculines » montrent les limites de l’inversion du genre.

Les couples rencontrés témoignent d’une inversion initiale des rôles, dans la mesure où ils sont souvent hypogames. Cette situation est source de nombreux bénéfices pour le père, et pour l’ensemble du foyer. En effet, les pères quittent une situation professionnelle peu valorisante ou satisfaisante pour eux, au profit d’une situation qui convient mieux à leurs goûts à court terme ou qui leur permet de préparer leur retour sur le marché du travail dans une situation plus agréable pour eux. Plus largement, cette situation permet d’offrir une meilleure qualité de vie aux membres du foyer et d’établir une relation privilégiée avec leurs enfants. De plus, les pères peuvent aménager leur disponibilité temporelle de façon à s’investir dans des activités qui leurs plaisent et choisir les tâches domestiques qu’ils prennent en charge selon leurs goûts. Ainsi, même les pères qui ne se plaisent pas dans la paternité au foyer ont la possibilité de limiter leur implication dans les tâches domestiques. Enfin, le fait que ces pères aient un large accès aux ressources monétaires de leurs conjointes leur permet d’échapper aux coûts les plus directs de cette situation. Ces pères supportent néanmoins d’autres coûts du fait de cette situation. En effet, ils souffrent du regard dépréciateur que leur entourage porte sur leur mode de vie, et d’un certain isolement, car ils sont privés de l’accès à la socialisation professionnelle et ils sont exclus des collectifs féminins qui se forment autour de la petite enfance.

Note de synthèse du mémoire « Père au foyer : un métier comme les autres ? – l’inversion du genre et les rapports de force au sein du couple » par Myriam Chatot
En lire plus : Dossier d’études n°169 de la CAF

Bibliographie indicative

Blood Robert O., Wolfe Donald M., Husbands and Wives. The dynamics of married living, the free press, Illinois, 1960
Boyer Danielle, Renouard Sonia, Les hommes bénéficiaires de l’APE – quels arbitrages au sein des couples ?, CNAF, Dossiers d’études, n°57, juin 2004
Boyer Danielle, « Les pères bénéficiaires de l’APE : révélateurs de nouvelles pratiques paternelles ? », CNAF, Recherches et prévisions, n° 76, juin 2004, p. 53-62
Boyer Danielle, Nicolas Muriel, Robert Marie-José, « Les pères bénéficiaires du complément de libre choix d’activité », l’e-ssentiel, n°131, 2013
Boyer Danielle (dir.), Informations sociales, n°176, n°2, 2013
Coenen-Huther Josette,  « Dominance et égalité dans les couples – Un réexamen de la théorie des ressources à la lumière de sous-cultures familiales», Cahiers du Genre, Vol. 1, n°30, 2001, p. 179-204
Delphy Christine, L’ennemi principal – économie politique du patriarcat, Syllepse (coll. « Nouvelles questions féministes »), 1997
Doucet Andrea, « “It’s almost like I have a job, but I don’t get paid” : Fathers at home reconfiguring work, care, and masculinity », Fathering, Vol. 2, n°3, automne 2004, p. 277-303
Dussuet Annie, Logiques domestiques – essai sur la représentation du travail domestique chez les femmes actives en milieu populaire, L’Harmattan (coll. « logiques sociales »), 1997
Glaude Michel, de Singly François, « L’organisation domestique : pouvoir et négociation », Economie et statistique, n°187, 1986, pp. 3 –30
Guichard-Claudic Yvonne, Kergoat Danièle, Vilbrod Alain, L’inversion du genre – quand les métiers masculins se conjuguent au féminine… et réciproquement, Presses universitaires de Rennes (coll. « des sociétés »), 2008
Haicault Monique, « La gestion ordinaire de la vie en deux », Sociologie du Travail, n° 3, 1984, p. 268-275
Henchoz Caroline, Le couple, l’amour et l’argent – la construction conjugale des dimensions économiques de la relation amoureuse, L’Harmattan (coll. « Questions sociologiques »), 2009
Kaufmann Jean-Claude, La trame conjugale – analyse d’un couple par son ligne, Nathan (coll. « Pocket »), 1997 (1992)
Kaufmann Jean-Claude, Agacements – les petites guerres du couple, Armand Colin (coll. « Le livre de poche »), 2008 (2007)
Kaufmann Jean-Claude, Le cœur à l’ouvrage – théorie de l’action ménagère, Nathan (coll. « Pocket »), 2011 (1997)
Merla Laura, Appréhension et présentation de soi et transgression des normes de la division sexuelle du travail : le cas des pères « au foyer », thèse de doctorat, Université catholique de Louvain, 2006
Modak Marianne, Palazzo Clothilde, Les pères se mettent en quatre ! Responsabilités quotidiennes et modèles de paternité, Lausanne, Publications universitaires romandes, Cahiers de l’eesp 34, 2002
Régnier-Loilier Arnaud (coll.), Portraits de famille – l’enquête Etude des relations familiales et intergénérationnelles, Ined (coll. « Grandes enquêtes »), 2010
Siblot Yasmine, « « Je suis la secrétaire de la famille ! » La prise en charge féminine des tâches administratives entre subordination et ressource », Genèses  n°64, vol. 3, 2006, p. 46-66
Trellu Hélène, Expériences de pères en congé parental d’éducation. Recompositions de la parentalité et du genre ?, thèse de doctorat, Université de Bretagne occidentale, 2010
Zarca Bernard, « La division du travail domestique : poids du passé et tensions au sein du couple », Economie et statistiques, n°228, janvier 1990, p. 29-40


Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search